Charles DOVALLE  » Un jour, dans les fêtes bruyantes, de plaisir, de beauté, des femmes rayonnantes, pourront étaler à mes yeux… »

Posted in Divertissement, Livres, Musique, Santé et bien-être, Voyages on 19 décembre 2014 by Léon Roumagnac

L’inconnue

C’était un soir que tout brillait de feux ;
Un soir qu’éclatant de lumières,
Tivoli lassait les paupières
De mille curieux.

Là, des bosquets blanchis ; là, des masses plus sombres ;
Des soleils de cristal, des jours brusques, des ombres
Qui s’allongent sur le gazon ;
Aux branches des ormeaux des lampes suspendues ;
Des nacelles dans l’air ; d’innombrables statues
Et des choeurs qui dansent en rond !

Ô jardins enchantés ! scènes éblouissantes !
Brises du soir ! zéphirs ! haleines caressantes !
Air brûlant, imprégné de désirs et d’amour !
Femmes, qu’on suit de l’oeil de détour en détour !
Tumulte ! bals confus, aux amants si propices !
Tourbillon entraînant ! Tivoli !… – Quand mon coeur,
Froissé par le dégoût, mais ardent au bonheur,
Voudra du souvenir savourer les délices,
J’irai sous tes arceaux, à la place où brilla,
Comme un astre d’argent, comme un blanc météore,
Comme un premier éclat d’une naissante aurore,
Cette belle inconnue… Et je dirai :  » C’est là ! « 

C’est là quelle s’assit, rêveuse
Et fermant ses yeux à demi :
Là qu’elle demeura, pâle et silencieuse,
Près d’un vieil époux endormi.

Malheureuse peut-être au sein de la richesse !
Malheureuse peut-être avec tant de jeunesse !…
Comme elle était belle, grand Dieu !
Et je l’oublîrais, moi !… j’oublîrais sa tristesse
Et son regard qui semblait un adieu !…

Non !… non, jamais ! – Un jour, dans les fêtes bruyantes,
De plaisir, de beauté, des femmes rayonnantes,
Pourront étaler à mes yeux
De leurs dix-huit printemps les grâces orgueilleuses,
Et tracer, en riant, dans leurs danses joyeuses,
Des pas voluptueux.

Quand je verrai leurs rangs s’ouvrir à mon passage,
Quand j’aurai vu rougir leur gracieux visage,
Peut-être alors mon coeur palpitera ;
A mes regards une autre sera belle :
Mais je dirai : Ce n’est pas elle…
Et mon bonheur s’envolera.
Charles DOVALLE,1807-1829.

Indochine au Stade de France 27 Juin 2014 ….

Posted in Divertissement, Hobbies, Musique, Santé et bien-être with tags on 18 décembre 2014 by Léon Roumagnac

Rassemblement de Snowmobiles Bombardier à Saint-Roch-de-Mékinac 2013 ….

Posted in Divertissement, Hobbies, Musique, Santé et bien-être, Voyages on 18 décembre 2014 by Léon Roumagnac

Promenade à la Montagne Noire à St-Donat….

Posted in Divertissement, Hobbies, Musique, Santé et bien-être, Voyages on 18 décembre 2014 by Léon Roumagnac

Songeur, j’ai bu le vin quercynol !..(1)

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Musique, Santé et bien-être, Voyages with tags , on 18 décembre 2014 by Léon Roumagnac

LA CANSON DEL VIN dit par Norbert SABATIÉ

Mon gòt es comol de vin carsinòl.
Lo vin carsinòl
qu’en mon veire nòl
dins lo ser m’a dich aquesta canson.
Aquesta canson :
“Benezidas son
las rèiralas vits ont ai pres mon fòc.
Soi l’ama de fòc
de la tèrra d’Oc,
tèrra de baudor e d’òmes de còr.
Beu-me : dins ton còr,
alertat e fòrt,
grelharan auzors e valor d’antan.”
Soscaire, ai begut lo vin carcinol !(1)

LA CHANSON DU VIN

De vin quercynol ma coupe est pleine.
Le vin quercynol, qui en mon verre répand son
pénétrant parfum, dans le soir m’a dit cette chanson.
Cette chanson :
“Bénis sont les ceps héréditaires où j’ai pris mon feu.
Je suis l’âme de feu de la terre d’Oc
terre de joie et d’hommes de coeur.
Bois-moi : dans ton coeur
enthousiasmé et fort,
germeront les audaces et les valeurs de jadis.”
Songeur, j’ai bu le vin quercynol !

La France Nouvelle et le fameux discours prémonitoire sur le retour des grandes Féodalités…

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Hobbies, Livres, Organisations, Santé et bien-être with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 décembre 2014 by Léon Roumagnac

« La féodalité est un système politique ayant notamment existé en Europe entre le Xe siècle et le XIIe siècle, dans lequel l’autorité centrale s’associe avec les seigneurs locaux et ceux-ci avec leur population selon un système complet d’obligations et de services. Le terme féodalité est issu du latin médiéval feodum, « fief », qui vient probablement lui-même du francique fehu, « bétail », et/ou du gotique faihu, « argent, possession ». Le mot « féodalité » est un mot savant et tardif employé au XVIIe siècle. Il dérive du mot fief par l’intermédiaire de l’adjectif féodal. Fief et Féodal sont beaucoup plus anciens : sous leur forme latine — la seule usitée à l’origine — « fief », en latin fevum, remonte au Xe siècle, mais ne s’est guère répandu qu’au XIe siècle, tandis que « féodal », feodalis date du XIe siècle…. » pour lire la suite de l’article : http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9odalit%C3%A9

Pour le vote du retour des grandes féodalités seuls 162 députés étaient présents au Gallodrome Françoys, voir lien suivant : « Le Parlement a adopté définitivement mercredi par un ultime vote de l’Assemblée la nouvelle carte de France à 13 régions malgré la colère toujours véhémente des UMP alsaciens contre la fusion de leur région avec Champagne-Ardenne et Lorraine.
Cette réforme, qui entrera en vigueur début 2016, a été voulue par François Hollande dans le but de redessiner la France pour plusieurs décennies avec des régions de «taille européenne» et moteurs du développement économique.
Dans un ultime vote, les députés ont adopté le texte par 95 voix pour, 56 contre et 11 abstentions. Le Front de gauche, les radicaux de gauche, les écologistes, l’UMP et l’UDI ont voté majoritairement contre «des regroupements forcés» alors que les socialistes ont voté pour…. » lire la suite de l’article ici : http://www.20minutes.fr/societe/1503355-20141217-parlement-adopte-definitivement-carte-france-13-regions

Cleric-Knight-Workman

Il n’y a qu’à lire le futur, je cite : »…Tout comme la disparition de la puissance centrale avait favorisé l’apparition de principautés, les désordres publics qu’elle avait entraînés avaient suscité un fort sentiment d’insécurité. Sur le modèle des relations d’homme à homme, des liens se créèrent entre la classe guerrière et la classe des paysans. Dans le système tel que présenté par les élites médiévales, pour l’essentiel cléricales, le chevalier assurait la protection aux paysans, qui en échange lui fournissaient subsistance et moyens de s’équiper.
La protection revêtait plusieurs formes :
guerrière : combat personnel du chevalier contre des attaques ;
défensive : abri procuré par le château pour les personnes, le bétail et les récoltes ;
chasse : autant qu’un entraînement à la guerre, la chasse avait une utilité pour la communauté paysanne, qui se voyait ainsi débarrassée des animaux sauvages destructeurs des cultures (cerfs, daims, chevreuils, sangliers) ou menaçants pour le bétail (loups, renards, ours). » Source Wikipédia.

Ainsi les futurs Ducs désignés et nouveaux Comtes devront prendre des mesures immédiates contre ces animaux sauvages qui attaquent le bétail, je cite : »Au loup ! » Après les attaques de ces dernières semaines, des bergers d’Auvergne et de Champagne-Ardenne ont décidé d’aller crier leur désarroi à Paris, jeudi 27 novembre, pour demander « un nouveau plan loup efficace ». Ils seront reçus au ministère de l’Agriculture par le ministre Stéphane Le Foll et la directrice de cabinet de la ministre de l’Ecologie…. » lire la suite de l’article ici : http://www.francetvinfo.fr/france/carte-les-attaques-de-loups-en-france-ces-trois-dernieres-annees_755874.html

L’histoire nous indique que l’ancienne féodalité se prolongea au-delà du Moyen Âge par la survivance des droits et des privilèges attachés aux propriétaires (l’Église ou la Noblesse)…. Il faudra attendre la Révolution française et cette fameuse nuit du 4 août 1789 pour qu’il soit enfin mis fin à toute cette société d’ordres pour donner quelques gages au peuple et pouvoir ainsi établir une République que pour les  » bourgeois », ces gens dits de bien…. Si les révolutionnaires parlaient de « féodalité » ils ne voulaient en fait que dénoncer le régime « seigneurial « , la vraie féodalité avait disparu avec le Moyen Âge…Seulement, aujourd’hui les nouveaux révolutionnaires, s’il y en existe encore, devront éliminer la nouvelle société d’ordre qui est « la nomenklatura  » magnifiquement installée au pouvoir et à tous les niveaux….

« En France, sous l’Ancien Régime, la dignité des titres dépendait de leur ancienneté, tous titres confondus (sauf celui de duc traditionnellement conféré aux anciennes familles souveraines qui conservaient donc une préséance) tandis que leur hiérarchie dépendait des hommages. Pourtant, le XIXe siècle inventa une hiérarchie nobiliaire divergente, la dignité de comte y est conçue comme précédée de celles de duc et de marquis et suivie par celles de vicomte, vidame et de baron…. » lire la suite de l’article ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Comte

« À l’époque franque, sont constitués de grands commandements qualifiés de duchés. À partir des VIe et IVIIe siècles, le duc est le maître de toute une région, sinon d’un peuple et joue un rôle capital dans la structuration du royaume franc. Le duc est assimilable à une sorte de gouverneur général. Il exerce, au nom du souverain, des pouvoirs de nature militaire et judiciaire sur un ensemble de comtés. Ainsi, le « duché du Mans » (Ducatus Cenomannicus ou Cenomannensis) couvre 12 comtés situés entre la Seine et la Loire. Le nombre des ducs à l’époque mérovingienne a pu être assez élevé ; pour la seule armée qui en 590 marche contre les Lombards, Grégoire de Tours parle de vingt duces et l’exercitus Burgundionum lancé par Dagobert Ier contre les Gascons en compte dix, dont les noms et nationalités sont connus…. » lire la suite de l’article ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Duc

« Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qu’il s’est passé dans le monde à leur époque. » Thomas JEFFERSON

Mycologie : Dans les forêts de feuillus n’oubliez pas de ramasser la Craterelle …..

Posted in Aliments et boissons, Divertissement, Hobbies, Livres, Santé et bien-être with tags , , on 15 décembre 2014 by Léon Roumagnac

2011-11-20 Craterellus cornucopioides (L.) Pers 183522 cropped

« Craterellus cornucopioides, en français la Craterelle en forme de corne d’abondance, Corne d’abondance ou Trompette des morts, est un champignon (Fungi) basidiomycète de la famille des Cantharellaceae, présent dans les forêts de l’hémisphère nord.
C’est un champignon comestible, infundibuliforme comme les chanterelles, entièrement creux et dont l’hyménium n’est pas plissé, au contraire des chanterelles…. » lire la suite de l’article ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Trompette_de_la_mort

Cette espèce est très répandue dans les forêts de feuillus (hêtres, chênes, châtaigniers, noisetiers) ou parfois sous les forêts de conifères, appréciant les sols lourds et très humides (argileux, par exemple). Elle apparaît en automne (d’août à novembre), et peut être très abondante après de fortes pluies….Il est souvent difficile à distinguer du sol à cause de sa couleur sombre, de sa petite taille et parce qu’il est souvent recouvert de feuilles mortes…Elle vous y attend…Il est comestible et se sèche pour être réduit en poudre… »

Bon appétit !…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 81 autres abonnés