Archive pour mai, 2010

– Intermède avec Francis CABREL  » Presque rien « …

Posted in Musique on 31 mai 2010 by Léon Roumagnac

 
Publicités

– Qui sont les rêves…

Posted in Santé & bien-être on 31 mai 2010 by Léon Roumagnac

Celui qui a fermé l'oeil ne vrra-t-il point. Ps 94.9

 
  L’esprit n’est jamais né. 
L’esprit ne cessera jamais. 
Il n’y eut pas de temps où il n’était pas. 
Fin et commencement sont des rêves. 
Proverbe Sioux.

– Il ya pour toi et pour moi…

Posted in Santé & bien-être on 31 mai 2010 by Léon Roumagnac

Mais dès que nous commençons à parler, nous nous séparons en deux...  

Dans le silence de notre désir, 
Nous sommes ensemble, ne faisant qu’un. 
Mais dès que nous commençons à parler, 
Nous nous séparons en deux. 
Reste donc silencieux. 
Il y a pour toi et moi, 
Un honneur dans le silence. 
RÛMÎ

– La belle petite qui chaque matin trottine…

Posted in Divertissement on 31 mai 2010 by Léon Roumagnac

Oh, la jolie, belle petite qui chaque matin trottine... 

 Le minois mi-poudré et le plus beau des sourires légers
Tu flânes sur le Corso le plus bondé avec ton gros carton de nouveautés.
Oh, la jolie, belle petite qui chaque matin trottine
Heureuse au milieu des gens allègre toujours chantonnant.
Oh, la jolie, belle petite, tu es si si coquine
Que tu deviens rouge cerise si quelqu’un par surprise
Une phrase douce te glisse, te fait de l’oeil de rouget,
Te salue et disparaît d’un pas glissé…
Mais où vas-tu beauté à bicyclette si pressée, pédalant avec ardeur,
Les jambes fines, bien faites et belles
M’ont déjà mis la passion au fond du coeur.
Mais où vas-tu, cheveux au vent, le coeur content et le sourire enchanteur…
Si tu le veux, tantôt ou maintenant, nous serons d’amour un seul élan. 
M. PANZERI et E. Di LAZZARO, canzone popolare, 
U.ECCO, La mystérieuse Flamme de la reine Loana, Extrait.

– La culture de la tomate par Léon…

Posted in Santé & bien-être on 31 mai 2010 by Léon Roumagnac

 
 
 – Les tomates du potager sont conduites sur un grillage accroché sur des piquet d’acacias pour clôture car se sont de vries lianes…Elles s’accrochent !… Aussi le grillage est accroché tout simplement par un clou situé au sommet du piquet ensuite il est maintenu le long par trois liens…Les tomates se développent tout d’abord sur une seule tige et puis arrivées à mi-hauteur elles prennent tout l’espace qui leur convient dans notre midi en leur permettant ainsi de se protéger des ardeurs du soleil par un développement du feuillage en hauteur…L’arrosage est effectué par goutte à goutte car elle n’aime pas l’eau sur ses feuilles !…Le seul traitement que Léon que concède à cette plante est effectué avec de la bouillie bordelaise complétée avec quelques gouttes de savon noir liquide…Il faut surtout pas oublier de planter tous les deux pieds  le célèbre basilic qui non seulement protègera la plantation mais en plus va attirer toutes les abeilles de passage…Et puis, soyons gourmands, l’alliance du basilic et de la tomate donne aux pâtes une saveur tellement goûteuse !… Cultivez-les vous mêmes !…

– Du jardin potager…

Posted in Actualités et politique on 31 mai 2010 by Léon Roumagnac

activité politique volontariste
1° Le jardin potager :
Le jardin potager est plus particulièrement réservé à la culture des légumes ; il doit être, autant que possible, situé à proximité de la maison d’habitation et entouré de murs qui l’abriteront des vents et serviront d’appui aux espaliers. 
2° Instruments de jardinage :
Les principaux instruments employés dans la culture du jardin sont : la bêche, la pioche, pour retourner la terre ; la fourche, pour charger et transporter le fumier ; le râteau, pour nettoyer les allées, égaliser les planches, enterrer les graines ; le cordeau et ses piquets, pour semer et transplanter en lignes ; le transplantoir, pour enlever les jenes plantes, et le plantoir, pour repiquage ; la binette ; enfin l’arrosoir et sa brouette. 
3° Engrais :
le sol sera défonéc à la bêche à une profon,deur de 0m.50 et pourvu abondamment de fumier. les engrais décomposés : fumier, qui favorisera la formation de l’humus ou terreau, maintenant la fraîcheur et absorbant la chaleur ; cendres de bois, riches en acide phosphorique et en potasse ; composts additionnés de chaux, lui conviennent tout particulièrement. 
4° Semis :
Le choix des graines a une grande influence sur le rendement du jardin ; on choisit les plus beaux sujets comme porte-graines. Dès que la graine est mûre, on coupe la tige, on fait sécher à l’ombre et on conserve en un lieu sec ; on ne sème que les graines provenant de la dernière récolte.
Les semis se font à la volée ou en lignes ; ces derniers sont préférables parce qu’ils économisent la graine et facilitent les sarclages. On les pratique sur des surfaces unies, appelées planches, séparées par des sentiers. On enterre les graines plus ou moins profondément, suivant la grosseur, en les recouvrant d’autant moins qu’elles sont plus fines. 
5° Repiquage :
Lorsque les jeunes plantes ont 2 ou 3 feuilles, on les arrache avec soin pour les transporter ( repiquer) à leur place déinitive, aprés avoir coupé l’extrémité des feuilles et des racines. On arrose ensuite abondamment avec de l’eau à la température de l’atmosphère. 
6° Cultures hâtives :
Pour activer la végétation des lédumes, on fait souvent usage des couches, des châssis, des cloches. 
7° Culture de légumes :
On cultive les légumes pour la racine ou le tubercules, pour les feuilles ou les tiges, pour la graine ou les fruits. 
8° Pommes de terre :
Parmi les pommes de terre, les principales variétés potagères sont : la quarantaine, la marjolin, la Hollande, la princesse ( jaune), l’Early rose, la saucisse, la vitelotte. On les cultive comme les espèces de grande culture.
Les usages culinaires des pommes de terre sont nombraux ; c’est un légumes les plus préciex. On ne doit enlever qu’une pelure très fine, car la partie la meilleure se trouve immédiatement sous la peau. 
9° Carottes :
Les principales variétés sont : la carotte courte de Hollande et la Nantaise. On sème généralement de mars à fin avril dans un sol léger, profond, frais, pourvu de fumier décomposé, et on recouvre la planche de paille pour éviter la sècheresse hâtive. De fréquents arrosages sont nécessaires.
On conserve les carottes pendant l’hiver à la cave, sous une couche de sable, après avoir enlevé une partie du collet. 
10° Betteraves :
Les betteraves demandent un terrain frais, profond et fortement fumé. Les meilleures variétés sont : la rouge de Castelnaudary, la Reine des noires, etc. 
11° Panais, navets, choux-raves :
On sème en juin ou juillet et on conserve en pleine terre ou à la cave. 
12° Radis :
Les radis de tous les mois se sèment en toute saison ; pour les récolters tendres, il faut hâter la végétation par des arrosages nombreux et abondants. le radis noir ou d’hiver se sème en juin et juillet pour être récolté avant les grands froids et conservé en cave. 
13° Oignons :
Les variétés les plus estimées sont : les oignons blancs hâtifs, semés fin juillet pour être récoltés au printemps suivant, et les oignons de couleur ( oignon jaune des Vertus, rouge de Niort, petit oignon de Mulhouse) , qui se sèment en mars-avril, pour être récoltés en août-septembre. On les conserve en les suspendant à l’abri de l’humidité. L’oignon préfère les terres légères et les engrais bien décomposés. 
14° Poireaux :
Les poireaux se sèment fin février, se repiquent en mai-juin et se récoltent à partir d’octobre. Citons : le poireau de Carentan, le poireau de Rouen et le poireau long d’hiver. 
15° Ail, échalote :
L’ail et l’échalote se reproduisent par les éléments de leur bulbe appelés caïeux. Ce sont des plantes robustes qui s’accomodent de tous les terrains. On les plante en février et on récolte en août pour les conserver dans un local aéré. 
Leçons de Sciences Physiques et naturelles avec leur Applications.
 Conformes à l’arrêté ministériel de 1897.

– Pourquoi ils sont exclus…

Posted in Santé & bien-être on 31 mai 2010 by Léon Roumagnac

 

 Toutes nos humiliations viennent de ce que nous ne pouvons pas nous résoudre à mourir de faim. Cette lâcheté nous la payons cher. Vivre en fonction des hommes, sans vocation de mendiant ! S'abaisser devant ces ouistitis vêtus, chanceux infatués ! être à la merci de ces caricatures indignes du mépris ! C'est la honte de solliciter quoi que ce soit qui excite l'envie d'anéantir cette planète, avec ses hiérarchies et les dégradations qu'elles comportent.

" – Pour tenir l’esprit en éveil, il n’y a pas que le café, la maladie, l’insomnie ou l’obsession de la mort ; la misère y contribue en égale mesure sinon plus efficacement : la terreur du lendemain tout comme celle de l’éternité, les ennuis d’argent de même que les frayeurs métaphysiques, excluent le repos et l’abandon. – Toutes nos humiliations viennent de ce que nous ne pouvons pas nous résoudre à mourir de faim. Cette lâcheté nous la payons cher. Vivre en fonction des hommes, sans vocation de mendiant ! S’abaisser devant ces ouistitis vêtus, chanceux infatués ! être à la merci de ces caricatures indignes du mépris ! C’est la honte de solliciter quoi que ce soit qui excite l’envie d’anéantir cette planète, avec ses hiérarchies et les dégradations qu’elles comportent. La société n’est pas un mal, elle est un désastre : quel stupide miracle qu’on puisse y vivre ! Lorsqu’on la contemple, entre la rage et l’indifférence, il devient inexplicable que personne n’ait pu en démolir l’édifice, qu’il n’y ait pas eu jusqu’à présent des esprits de bien, désespérés et décents, pour la raser et en effacer la trace. Il est plus qu’une ressemblance entre quêter un sou dans la cité et attendre une réponse du silence de l’univers. L’avarice préside aux coeurs et à la matière. Fi de cette existence chiche ! elle thésaurise les écus et les mystères : les bourses sont aussi inaccessibles que les profondeurs de l’Inconnu. mais, qui sait ? il se peut qu’un jour cet Inconnu s’étale et ouvre ses trésors ; jamais, tant qu’il aura du sang dans les veines, le Riche ne déterrera ses deniers… Il vous avouera ses hontes, ses vices, ses crimes : il mentira sur sa fortune ; il vous fera toutes les confidences, vous disposerez de sa vie : vous ne partagerez pas son dernier secret, son secret pécuniaire…La misère n’est pas un état transitoire : elle coïncide avec la certitude que, quoi qu’il arrive, vous n’aurez jamais rien, que vous êtes né en deçà du circuit des biens, que vous devez combattre pour respirer, qu’il faut conquérir jusqu’à l’air, jusqu’à l’espoir, jusqu’au sommeil, et que, lors même que la société disparaîtrait, la nature ne serait pas moins inclémente ni moins pervertie. Aucun principe paternel ne veilla à la Création : partout des trésors enfouis : voilà Harpagon démiurge, le Très-Haut pingre et cachottier. C’est Lui qui implanta en vous la terreur du lendemain : point ne faut s’étonner que la religion elle-même soit une forme de cette terreur. Pour les indigents de toujours, la misère est comme un excitant qu’ils auraient pris une fois pour toutes, sans possibilités d’en annuler l’effet ; ou comme une science infuse qui, avant toute connaissance de la vie, en aurait pu décrire l’enfer…" Cioran, Précis de Décomposition, Extrait.