Archive pour août, 2012

Paul Guth  » Et pendant que l’on étrangle l’Histoire à l’école…. »

Posted in Actualités et politique, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Livres, Organisations with tags , on 30 août 2012 by Léon Roumagnac

« ….Et pendant que l’on étrangle l’Histoire à l’école, les Français adultes en raffolent. Aux vitrines des libraires, le roman, le grand genre depuis la seconde moitié du XIX ème siècle, à la suite des triomphes de Balzac, Stendhal, Flaubert, Zola, Proust, recule devant l’Histoire. Dans l’accélération délirante de notre temps, la vie d’un roman est devenue un déjeuner de soleil. un mois, deux mois… Dans la presse, à la radio, à la télé, chez les libraires et dans l’esprit des lecteurs, lacéré soir et matin par le cyclone de l’actualité, tout nouveau roman est immédiatement chassé par les autres. Au suivant !… Au suivant !… Plus vite !…Plus vite !…Au contraire, la vie d’un livre d’Histoire se prolonge pendant de longs mois et même des années. Son passé assure son avenir…
A tâtons, dans la nuit, les Français cherchent leur identité. on a voulu faire d’eux des amnésiques, incapables de décliner leurs noms, prénoms, lieu et date de naissance. Mais comme ils sont des adultes, il leur reste encore des lambeaux de mémoire. Ils s’accrochent aux branches du grand arbre de l’Histoire abattu. Dans les journaux, les magazines, les revues, les livres, les conférences, les émissions de radio et de télévision. Tous les organes de diffusion regorgent d’Histoire. L’omnipotente télé ne semble née que pour porter l’Histoire sur son dos et lui faire traverser notre fleuve du temps en furie. Tel saint Christophe, aux vitraux des cathédrales, portant sur ses épaules l’Enfant Jésus à travers un torrent….
Avidement, douloureusement, les Français adultes sont taraudés par le ver solitaire de l’Histoire. Ouvrez un journal : l’Histoire vous saute aux yeux…Pendant ce temps, en classe, à côté du cadavre de l’Histoire, les enfants de ces dégustateurs de pompes royales ingurgitent de la poussière de  » séquences » et de la  » frise chronologique », purgatif aussi nauséeux que l’huile de ricin d’antan. La France est devenue un cabanon flottant où des déments marchent sur la tête. Les adultes se gavent de concret historique rutilant. On réserve à leurs enfants le répugnant abstrait. On prive ces mêmes enfants de distributions des prix, alors qu’on en gave leurs parents écrivains ( des centaines de prix littéraires par an, plus que de fromages). On ne classe plus ces dits enfants par premier, second, troisième, pour ne pas les traumatiser. On classe à pleines pages de journaux, à pleins écrans, les chevaux du tiercé, les coureurs cyclistes, automobiles, motocyclistes, les coureurs à pied, sauteurs, nageurs et autres sportifs de tous maillots, de toutes pédales. Quel Jérôme Bosch peindra cette nef des fous charriant cinquante millions de taupes vers les gouffres… »
Paul Guth, Lettre ouverte aux futurs illettrés, Extrait,1980.

« …Une immense majorité de Français aime l’histoire.
Si l’histoire est une science, les historiens sont des citoyens qui ont leurs opinions comme les autres. Or chez beaucoup d’entre eux, celles-ci épousent l’air du temps. Les citoyens réfractaires, dès lors, sont suspects. On l’a vu, au début de l’été, quand les élus PCF-Parti de gauche du Conseil de Paris s’en sont pris à Lorànt Deutsch, l’acteur ayant eu le front de défendre, dans son best-seller Métronome, où il s’est fait historien du dimanche, une vision du passé de Paris et de la France que ses détracteurs qualifient de «réactionnaire»… L’affaire a fait flop, mais l’extrême gauche intentant un procès en idéologie, c’est l’hôpital qui se moque de la charité…. »Sources :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/08/24/01016-20120824ARTFIG00298-qui-veut-casser-l-histoire-de-france.php
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/07/06/01016-20120706ARTFIG00658-lorant-deutsch-attaque-par-des-elus-communistes.php

« ….Reste que le traitement de la Seconde Guerre mondiale, centré autour des quelques exemples comme la bataille de Stalingrad, les camps de la mort et la guerre du Pacifique, fait l’impasse, dans la plupart des ouvrages à l’exception de Belin, sur des événements essentiels comme le Débarquement. Et ce n’est que plusieurs chapitres plus tard que les collégiens y découvriront le rôle du général de Gaulle.
«Si l’on se rend compte que certaines impasses existent, on pourra le compléter par des documents d’accompagnement», lance-t-on à l’Éducation nationale. Et de conclure que «le développement d’Internet devrait permettre de passer à une nouvelle génération de manuels, plus centrés sur la chronologie, avec des liens vers des documents accessibles sur Internet». Et peut-être plus légers pour nos enfants et moins chers pour nos portefeuilles…Sources :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/08/27/01016-20120827ARTFIG00618-les-manuels-d-histoire-oublient-les-heros-de-14-18.php

 » Si vos adolescents vous disent que Foch ou Joffre sont des boulevards ou des avenues, et non des maréchaux, héros de la Guerre de 14-18, ils ont une excuse : ce n’est pas écrit dans le manuel. Même le Maréchal Pétain, voit son rôle effacé, notamment à Verdun, pour n’apparaître qu’au moment de la seconde Guerre mondiale. Des historiens montent donc au créneau pour dénoncer ces absences troublantes dans les manuels d’histoire de 3ème, classe pendant laquelle on étudie la Grande guerre…. » Sources :
  http://www.rtl.fr/actualites/article/quand-les-manuels-d-histoire-oublient-volontairement-foch-et-joffre-7751961123

Publicités

Après Katrina, Isaac s’en mêle….

Posted in Actualités et politique, Au comptoir., Hobbies, Livres, Santé et bien-être, Voyages on 29 août 2012 by Léon Roumagnac

« ….Sept ans jour pour jour après Katrina, la Nouvelle-Orléans est de nouveau frappée par un ouragan. Isaac est en train de causer des pluies torrentielles, le fournisseur d’électricité Entergy Louisiane rapportant des coupures de courant dans plus de 310 000 foyers en Louisiane dont quelques 200000 à la Nouvelle-Orléans. Des digues de 3 mètres de haut construites en 2005 après le passage de Katrina n’ont pas pu arrêter les montées d’eau (environ 4 mètres) et le plus grand risque à cette heure-ci est celui de fortes inondations avec des précipitations qui pourraient atteindre les 500mm…. » sources :

 http://www.leparisien.fr/environnement/la-tempete-tropicale-isaac-en-passe-de-devenir-un-ouragan-28-08-2012-2140428.php

 http://www.maxisciences.com/ouragan/l-039-ouragan-isaac-va-frapper-la-nouvelle-orleans_art26317.html
  http://www.20minutes.fr/monde/etats_unis/992103-ouragan-isaac-cotes-louisiane-touchees
  http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/08/29/005-ouragan-isaac-louisiane-nouvelle-orleans.shtml

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/08/29/en-alerte-la-louisiane-attend-l-ouragan-isaac_1752545_3222.html

– Météo du Bas-Quercy…

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Musique, Santé et bien-être with tags , , , , on 27 août 2012 by Léon Roumagnac

34°

HIGH 34°CHIGH 34°C
at 15:45
LOW 9°CLOW 9°C
at 06:33
Wind
SW 6 km/hSW 6 km/h
High Gust 19 km/h at 13:47
Humidity
22%22%
Feels Like 32°C
Rain
0.0mm0.0mm
Seasonal Total 341.6mm
Barometer
1013.2hPa1013.2hPa
Falling Rapidly

  http://www.solarmonitor.org/

 http://www.accuweather.com/fr/world-weather

Quelquefois des plats réchauffés ont très mauvais goût….

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Livres, Organisations, Santé et bien-être, Voyages with tags , , , , , , , on 27 août 2012 by Léon Roumagnac

… c’est très très dur d’avaler une couleuvre, surtout si c’est un varan !…

« Les Egyptiens avaient Kheops, Arnaud Montebourg aura Bure et ses déchets radioactifs lui permettant de laisser une trace dans l’histoire de l’Humanité ». Stephen Kerckhove, délégué général de l’association Agir pour l’environnement.Sources :  http://www.lexpress.fr/actualite/politique/valls-le-nucleaire-est-incontestablement-une-filiere-d-avenir_1153034.html

« Par ailleurs, le professeur Koichi Kitazawa, qui présidait l’Agence japonaise pour les Sciences et la Technologie et qui a dirigé une commission d’enquête sur l’accident nucléaire de mars 2011, a déclaré : « Après avoir écouté des centaines de témoins, ma conviction est faite. A la centrale de Fukushima, le pire est peut-être à venir. A cause de la piscine du réacteur 4, un nouvel accident peut se produire n’importe quand, qui menacerait la survie même de mon pays (…). Je prie pour que, dans les semaines à venir, une violente tornade saisonnière ne s’abatte pas sur la centrale. » Sources :  http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20120822.OBS0162/enquete-fukushima-et-si-le-pire-etait-a-venir.html

« De nouveaux experts s’ajoutent pour souligner l’importance de cette requête, et en premier lieu, l’ancien directeur de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, Masao Yoshida. Ce dernier, premier témoin de la catastrophe, a récemment affirmé : « Il est nécessaire de mobiliser une assistance internationale et notamment des ingénieurs, des technologies et des appréciations venant de tous les coins du monde. » Sources :  http://gen4.fr/2012/08/masao-yoshida-aide-internationale.html

 » Ce n’est pas nouveau, cette menace existe depuis le 15 mars 2011, date à laquelle le bâtiment réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi a subi explosions et incendies.
Ce n’est pas nouveau, mais le problème reste urgent à traiter, car une seule petite complication dans le refroidissement de la piscine 4 pourrait entrainer une succession d’évènements qui affecteraient le monde entier en quelques semaines : 2500 tonnes de combustible nucléaire larguées dans l’atmosphère, ça ferait vraiment très mal. Ce ne serait plus les seules régions oubliées de Tchernobyl et Fukushima qui seraient concernées par une contamination radioactive généralisée. Ce serait assurément le monde entier. » Sources :  http://fukushima.over-blog.fr/

De nouvelles infos : « Nouvelle crainte à la centrale de Fukushima, au Japon : la piscine du réacteur n° 4 qui contient environ 260 tonnes de combustibles radioactifs, peut-elle s’effondrer ? Peut-elle résister à un séisme identique à celui qui a frappé la centrale japonaise, le 11 mars 2011 ? Si tel n’était pas le cas, la catastrophe serait d’une ampleur dont « la gravité surpasserait largement Tchernobyl », estime le réseau Sortir du nucléaire…. » Sources :  http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Fukushima.-La-piscine-du-reacteur-4-inquiete-_39382-2106704_actu.Htm

Vous aussi faites le test :  http://www.greenpeace.fr/nucleaire/ppi/ oui, vous devez savoir et donc le faire …. car il suffit de lire l’article infra pour comprendre pourquoi : http://www.lepoint.fr/politique/delphine-batho-la-france-a-durablement-besoin-du-nucleaire-30-08-2012-1500839_20.php

JULIO ROMERO DE TORRES,PINTOR …….

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Musique, Santé et bien-être, Voyages with tags , on 27 août 2012 by Léon Roumagnac

Pierre LABRACHERIE  » La diligence était plus rassurante…. « 

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Organisations, Santé et bien-être, Voyages with tags , , , , , , , on 26 août 2012 by Léon Roumagnac

 » La diligence était plus rassurante. Exploitée au nom de l’Etat, grâce à Turgot, surnommée pour cette raison Turgotine, elle devint plus légère, plus commode. Elle n’avait été d’abord qu’un carrosse agrandi, mais plus tard sa largeur diminua. En 1830, la nouvelle diligence était divisée en trois parties, emblèmes des trois classes de la société. Le coupé ou cabriolet, à l’avant, comprenait les trois places les plus chères. Six ou sept voyageurs s’entassaient dans l’intérieur qui s’ouvrait sur le côté par deux portes. La rotonde, un peu à l’arrière, offrait six places, à un prix inférieur aux précédentes. Trois personnes,  » les singes « , étaient juchées à côté du conducteur, sur une banquette recouverte d’une sorte de capote flexible. Les bagages, empilés, étaient recouverts par une grande bâche de toile cirée, soutenus par une armature de bois. Sur l’énorme machine régnait le conducteur, l’homme important, responsable de l’équipage et des voyageurs, qui répartissait les places, s’occupait des relais et gouvernait en despote. Au-dessous de lui le postillon, gai, alerte, content de lui-même, portant la livrée royale rouge et bleue, avec une plaque en fleurs de lys sur le bras gauche. Ses cheveux, étroitement liés par derrière, supportent un chapeau ciré. Il est chaussé de bottes hautes à éperons démesurés. Monté sur le cheval de gauche, le  » limonier « , et un autre cheval à sa droite, il guide les quatre autres attelés par paire. Sous le Consulat, un ménage anglais, Sir John Cars et sa femme, qui traversaient la Normandie en diligence, furent tout ébahis de voir les sept petits chevaux qui la traînaient trotter en faisant six milles à l’heure. Le postillon fit sur eux sensation par son accoutrement : son long fouet flexible à la main, un sale bonnet de nuit et un vieux chapeau à cocarde sur la tête, il plongeait ses jambes, en guise de bottes, dans de longs tubes rigides de bois et de fer rembourrés à l’intérieur. En avant de lui galopaient quelques chasseurs pour tenir les brigands en respect. A l’intérieur de la diligence, et après s’être arrachés, dans la cour des Messageries Laffite et Caillard qui avaient pris un vertigineux essor sous la Restauration, aux embrassements pathétiques de leurs familles, les voyageurs roulaient vers l’aventure, émerveillés par la rapidité des transports. De Paris, la diligence mettait cinq jours pour aller à Bordeaux, huit pour Toulouse, quatre pour Lyon, quatre pour Rennes. Il en coûtait, en 1832, quarante-cinq centimes par lieue. Tous les quatre kilomètres, la diligence avait un relais. A cinq cents ou six cents mètres de l’auberge, les chevaux se mettaient à galoper, le postillon faisait claquer son fouet. dans un grand bruit de grelots, soulevant un nuage de poussière, la machine apocalyptique, frémissante et fumante, surgissait avec un fracas de tonnerre, attirant sur le pas de la porte les gens du village, curieux de voir de près ces gens venus d’un autre monde. A l’auberge c’était le branle-bas : on mettait le couvert pour messieurs les voyageurs, mais il arrivait que, dès le premier plat, le conducteur fasse entendre son cri impérieux :  » En voiture ! « . On repartait donc le ventre vide, tout en soupçonnant l’hôtelier de s’entendre avec le conducteur afin d’empocher le prix d’un repas qu’il n’avait pas servi !… » Pierre LABRACHERIE, Le temps des diligences, Extrait.

“Un marché de 100 millions de pièces qui s’ouvre en 2012.” «Les éthylotests chimiques étaient un produit en fin de vie. Mais là, avec le décret, c’est un marché de 100 millions de pièces qui s’ouvre en 2012» dans un pays comptant une quarantaine de millions de véhicules, évalue Pierre Eleftériou. Et dans les prochaines années, estime-t-il, le marché devrait se maintenir à 20 à 30 millions de pièces par an pour les renouvellements – les éthylotests chimiques se périment en général au bout de deux ans…” Sources  http://www.20minutes.fr/societe/962075-ethylotest-obligatoire-penurie-jackpot-vue-fournisseurs

” La politique est l’art de capter à son profit les passions des autres.” Henry de Montherlant.

Pourquoi pas pour très bientôt les Relais de Postes ?… Ici et là, tout le monde crie au loup tout en regardant les superbes voitures automobiles qui seraient susceptibles de polluer la planète !… Des voitures très chères à l’achat et impossible à entretenir pour la plupart des françoys, un seul exemple : pour un véhicule diesel de dernière mouture il faut changer à 70.000 kilomètres le fameux “Filtre à particules” dont le prix est effarant !…Entre parenthèses qui ne filtre pas grand chose !…Comme vous le savez tous, on nous a déjà fait le coup du pot catalytique qui devait sauver la planète !… Et ne parlons pas du train électrique si rapide qu’il est devenu ainsi hors de prix de voyager aujourd’hui avec le chemin de fer et en plus il est très compliqué d’ obtenir un simple billet SNCF !…mais surtout faites suivre un équipement de survie car vous pouvez rester des heures bloqués dans votre wagon !…Alors au lieu d’inventer ce faux label VERT pour faire grossir les dividendes du Capital, instituons de nouveau les déplacements en véhicules hippomobiles fermés à quatre roues qui permettraient le transport de voyageurs et de prendre le temps de vivre !…. De Toulouse à PARIS, il faudrait pas plus de 8 jours !..oui vous avez bien lu, c’était le temps réglementaire en 1832… Le bonheur de pouvoir connaître ses compagnons de voyages, la découverte chaque soir d’un Relais de Postes différent donc aussi d’une cuisine différente et surtout de pouvoir admirer le paysage de la France, un pays qui vient du fond des âges comme l’a écrit un grand homme !….Et puis vivre de nouveau l’aventure : une roue qui casse, descendre pour pousser le véhicule, la mouche du coche ( il y en a toujours une), stopper en pleine campagne en cas d’un besoin important d’un voyageur ou voyageuse, l’utilisation de nouveau de la feuille de châtaignier !.. Enfin quoi la vraie vie !…Et puis ce grand mammifère ongulé domestique appelé cheval, coureur remarquable et d’un usage universel ne demande qu’a reprendre du service… Ce serait mieux pour toutes ses races que de le faire courir en rond le dimanche après-midi sur des pistes cendrées…Voilà une belle idée révolutionnaire !…Au lieu d’entendre sur les médias toutes ces chicanes et autres litanies !…Imaginez-vous le soir dans une Auberge éclairée par des chandelles…et oui, bientôt, au prix du kilowat électrique nucléaire !…de nouveau la lecture à la lampe de pétrole ou à la bougie avant de vous endormir !…le feu qui crépite dans la cheminée et le sourire de l’aubergiste !… Et pour compléter cette idée révolutionnaire(4) il faudrait pour tous ces nombreux  « chicaneurs  » leur accrocher à vie une clarine car ainsi on les entendrait sonner….

(1)- Vous remarquerez qu’il n’y a pas de pot d’échappement ni de feux “Stop” !… toutefois il faut quand même y ajouter à l’équipement de ce véhicule un seau ( pour donner à boire aux chevaux ) et une pelle en cas d’enlisement dans les terres “molles” de la France…on ne sait jamais !…

(2) D’autre part avec un tel véhicule vous n’aurez plus besoin de votre détecteur d’automates qui aujourd’hui pullulent sur le bord des routes…“Le gouvernement a changé, mais la politique de sécurité routière reste la même….Ce qui confirme le changement par le non-changement, astuce politique subtile !…vous le voyez le changement  mais en fait ce n’est qu’une illusion… Les radars de tout types continueront donc de fleurir sur le bord des routes par la mise en place de ces terribles  radars près des chantiers et de 78 radars “discriminants” qui permettent de distinguer véhicules légers et lourds, ainsi que les voies sur lesquelles ils circulent. “Nous allons aussi lancer d’autres nouveaux radars, dits radars chantier. Aux abords des chantiers, la vitesse doit être respectée afin de protéger le personnel qui y travaille….L’arme ultime super sophistiquée de 2012 : le radar-tronçon.Une quarantaine de radars capables de mesurer la vitesse moyenne d’un automobiliste, les fameux radars-tronçons, doit également être déployée en France d’ici la fin de l’année….”Sources :http://www.rtl.fr/actualites/transports/article/les-radars-embarques-feront-leur-retour-fin-2012-7749855805?google_editors_picks=true

(3) Nouvelles dispositions pour votre carrosse à moteur au 1er janvier 2012… Au cours du passage au contrôle technique : la nouvelle réglementation demande la vérifications des quatre fers arrières de vos équidés pour que le freinage soit correct. D’autre part le seau qui fait partie de l’équipement conseillé devient obligatoire devra être en très bon état et surtout ne pas avoir de fuite !..Il sera aussi interdit d’installer tout cache sur les naseaux des chevaux !… De plus,  au 1er juillet 2012, vous devrez posséder en tant que conducteur du carrosse dans le coffre quatre alcootests adaptés aux naseaux de vos animaux de traction ainsi que pour vous-même car avant tout départ de n’importe où y compris des Relais de Postes vous devrez vérifier obligatoirement que votre attelage et vous-même vous êtes en état de sobriété…et faire attention à la date de péremption.

(4)De toute manière prendre le train aujourd’hui n’est pas facile, d’une part il faut avoir les moyens ( par avion Marseille-Paris ” aller-retour” 100 Euros par le TGV 200 Euros… ) et surtout être câblé sur Internet sinon gare vous !…vous resterez en Gare !… un comble sur cette terre françoyse si républicaine !…de plus les trains ne s’arrêtent plus dans certaines gares ce qui vous fait faire des trajets complètement “loufoques” pour rejoindre votre destination… et puis c’est vraiment un moyen pour riches ” bobos “, c’est bien plus compliqué que de prendre l’avion, oui, je vous l’assure j’ai fait l’expérience et le comble c’est qu’ au 1er janvier 2012 voilà que la riche Dame SNCF augmente ses tarifs !…… ” – Depuis dix ans, la SNCF a déployé des trésors d’imagination pour me racketter. Réservation obligatoire sur de nombreux trains, tarifs réduits contingentés, augmentation délirante des prix lors de l’ouverture des lignes TGV, variation des tarifs en fonction du remplissage des trains…Avec la SNCF, c’est de moins en moins possible. Nombre de tristes sires de classe moyenne comme moi ou mes amis n’ont hélas pas vu leur revenu croître proportionnellement à la cupidité de la société de chemins de fer. Résultat, nous sommes contraints de faire la grève du train. Même si les moyens de transports alternatifs sont bien moins écolos… Voilà mes trucs et astuces classés du moins au plus polluant pour vous permettre de voyager malgré la SNCF….” Source http://www.rue89.com/2011/09/22/ecolo-je-voudrais-bien-prendre-le-train-mais-jai-pas-les-moyens-223239

” L’écrivain François d’Épenoux décrit les bobos comme « les nouveaux maîtres de Paris, stars des gazettes et chouchous des pubards, leaders d’opinion et des dîners en ville, nouvelle volaille qui, comme dans la chanson de Souchon, fait l’opinion. Ce sont quelques poignées de vrais bourgeois mais faux bohèmes, connus ou inconnus, fricotant dans la pub, la presse, la musique ou le cinéma, bref, dans des métiers bien, qui prônent leurs idées et prêchent leurs discours avec d’autant plus de légèreté mondaine qu’ils n’en subiront jamais les conséquences, planqués qu’ils sont dans leurs donjons bardés de digicodes. Ce sont les nouveaux gardiens de la Pensée unique qui déversent sur le moindre assaillant l’huile tiède d’une soupe idéologique ressassée, entre deux flèches trempées dans le fiel mortel de leurs propres erreurs.Diverses parodies ou déclinaisons du terme ont ponctuellement été créées comme les « bonobos » (« bourgeois non bohèmes »)…” Sources Wikipédia D’autre part, si on consulte également les Carnets LV,1133 de Camus, on peut aussi y lire le commentaire suivant : ” Selon Melville, les rémoras, poissons des mers du Sud, nagent mal. C’est pourquoi leur seule chance d’avancer consiste à s’accrocher au dos d’un grand poisson. Ils plongent alors une sorte de tube jusque dans l’estomac d’un requin, y pompent leur nourriture, et se propagent sans rien faire en vivant de la chasse et des efforts du fauve. Ce sont les moeurs parisiennes.”… Source Wikipédia. Il faut dire que rien n’a vraiment changé, les rémoras sont de plus en plus nombreuses, bien grasses car il est vrai que c’est aussi  le temps de leur grande prolifération !… et d’ailleurs les nouvelles  commencent à sortir de leur donjon !…

Aux dernières nouvelles, le train semble plus lent que la belle et cahotante diligence d’antan et sans ses avantages…. http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2012/06/30/Nuit-de-galere-dans-un-TGV-Paris-Grenoble-Avignon-victime-d-un-rare-incident-technique

Lucie CAUSSE et sa confiture d’abricots….

Posted in Aliments et boissons, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Livres, Santé et bien-être, Voyages with tags , , , , , , , on 26 août 2012 by Léon Roumagnac

 Lucie, la mère d'Elie, prépare des confitures d'abricots....

" – Lucie, la mère d’Elie, prépare des confitures d’abricots. Elle a demandé a son jeune fils de l’aider ; aussi nous voyons le jeune Elie, le couteau à la main, ouvrir consciencieusement les abricots, rejetant les gâtés et retirant avec soin les noyaux. A deux, la besogne est vite terminée. Lucie verse alors les fruits dans une grande bassine de cuivre non étamé ; dans la fonte ou dans le fer, les confitures noirciraient ; elle ajoute un poids égal de beau sucre blanc et met la bassine sur le feu qui pétille. Peu à peu le sucre se dissout dans l’eau des fruits ; la matière devient à demi liquide et Lucie la remue avec une grande cuiller en cuivre percée de trous ; cette cuiller est aussi faite pour qu’on puisse enlever l’écume blanchâtre qui monte à la surface. La cuisson continue ; l’eau s’évapore ; la pâte s’épaissit. De temps en temps, notre jeune mère dépose quelques gouttes de confitures sur une assiette pour voir si elles ont la consistance voulue. Au bout d’à peu près une heure et demie elle les retire du feu et les verse dans des pots de verre où elle les laisse se refroidir pendant une huitaine de jours. C’est Elie qui, alors, pour les préserver de toute altération, les couvrira d’un rond de papier trempé dans l’eau-de-vie ; il fermera le pot avec un autre papier assez fort, mettra une ficelle autour, puis écrira de sa plus belle plume " abricots – août 1903 ". Pour nous montrer qu’il a largement de quoi satisfaire sa gourmandise, Elie est tout heureux de nous ouvrir un placard, où sont rangées toutes sortes d’autres confitures : ce sont ici des prunes et des cerises ; là se trouvent des mirabelles, des fraises, des coings. Sur la rangée du haut, nous apercevons enfin les jolies couleurs des gelées transparentes de pommes, de framboises et de cassis. Lucie a fait cuire ces gelées comme des confitures, mais, au lieu de mettre dans la bassine les fruits mêmes, elle n’en a versé que le jus."Alfred CAUSSE,Les Traditions Campagnardes, Extrait,1905.