Archive pour janvier, 2009

– Vous avez dit tendresse !…

Posted in Santé & bien-être on 31 janvier 2009 by Léon Roumagnac

     
Publicités

– Il ne faut pas raffiner, mais il faut sublimer…

Posted in Actualités et politique on 30 janvier 2009 by Léon Roumagnac

" – La grandeur et la beauté de la France, c’est qu’elle prend moins de ventre que les autres peuples ; elle se noue plus aisément la corde aux reins. Elle est la première éveillée, la dernière endormie. Elle va en avant. Elle est chercheuse. Cela tient à ce qu’elle est artiste. L’idéal n’est autre chose que le point culminant de la logique, de même que le beau n’est autre chose que la cime du vrai. Les peuples artistes sont aussi  les peuples conséquents. Aimer la beauté, c’est vouloir la lumière. C’est ce qui fait le flambeau de l’Europe, c’est-à-dire de la civilisation, a été porté d’abord par la Grèce, qui l’a passé à l’Italie, qui l’a passé à la France. Divins peuples éclaireurs ! Vitae lampada tradunt. Chose admirable, la poésie d’un peuple est l’élément de son progrès. La quantité de civilisation se mesure à la quantité d’imagination. Seulement un peuple civilisateur doit rester un peuple mâle. Corinthe, oui ; Sybaris, non. Qui s’effémine s’abâtardit. Il ne faut être ni dilettante, ni virtuose ; mais il faut être artiste. En matière de civilisation, il ne faut pas raffiner, mais il faut sublimer. A cette condition, on donne au genre humain le patron de l’idéal. " Victor HUGO,Les Misérables,Extrait,1862.

– Les dits du  » prophète »….

Posted in Actualités et politique on 28 janvier 2009 by Léon Roumagnac

 " – Dans les mois et les années à venir, les États-Unis vont probablement vivre une dépréciation immobilière qui ne se voit qu’une fois dans une vie, un choc pétrolier, une diminution prononcée de la confiance des consommateurs et, ultimement, une grave récession." Nouriel ROUBINI, économiste, né le 29 mars 1959 à ISTAMBUL, surnommé " Le Prophète " car en 2006 il a annoncé la crise économique aux sceptiques du FMI…En janvier 2009, il se déclare très pessimiste à propos de l’économie mondiale…. Source WIKIPEDIA.
 

– Un petit rappel…

Posted in Actualités et politique on 28 janvier 2009 by Léon Roumagnac

" – Les Etats-Unis restent l’un des rares pays où  " capitalisme " est généralement considéré comme un mot de bon aloi. " Andrew Shonfield, la capitalisme d’aujourd’hui, Extrait, 1967.
NB :- L’élection du nouveau président en 2008 ne change rien, ce mot est toujours de bon aloi en Amérique.
 
 

– La vision du Chemin….

Posted in Livres on 28 janvier 2009 by Léon Roumagnac

De la forêt de trois jours et de trois nuits couverts d'épines et de framboises, et de la fée sous la figure d'un chevalier chevauchant...

" – Un chemin traversait, couvert d’une épaisseur de framboisiers à n’y poser la plante du pied… Dans cette forêt resplendissante, agréable et fleurie qu’aucune langue ne peut décrire sa beauté ni son étendue : on y trouve tout agrément, toute joie, toute allègresse ; on y respire le parfum des framboises et maintes odeurs suaves ; promettant la manne et les délices qui  s’y annoncent avec une telle abondance….Au milieu de cette forêt se  trouve le grand châtaignier sacré,  de la splendeur, de la gloire et de la grandeur de ce géant où les âmes viennent s’y régénérer…" Angel ENEMUS, De la Nature et quel avenir pour l’arbre, Extrait.

– Au détour d’un billet comme au Zoo…

Posted in Actualités et politique on 27 janvier 2009 by Léon Roumagnac

" – Au zoo. – Toutes ces bêtes ont une tenue décente, hormis les singes. On sent que l’homme n’est pas loin. " Emil Cioran, Ecartèlement, Extrait.

– Le vieillard et l’âne…

Posted in Actualités et politique on 27 janvier 2009 by Léon Roumagnac

Un vieillard sur son âne aperçut en passant
Un pré plein d’herbe et fleurissant.
Il y lâche sa bête, et le grison se rue
Au travers de l’herbe menue,
Se vautrant, grattant, et frottant,
Gambadant, chantant et broutant,
En faisant mainte place nette.
L’ennemi vient sur l’entrefaite.
"-Fuyons, dit alors le vieillard.
– Pourquoi ? répondit la paillard.
Me feras-t-on porter double bât, double charge ?
– Non pas, dit le vieillard, qui prit d’abord le large.
– Et que m’importe donc, dit l’âne, à qui je sois ?
Sauvez-vous, et me laissez paître.
Notre ennemie, c’est notre maître :
Je vous dis en bon françois."
La Fontaine.