Archive pour avril, 2009

– Intermède….

Posted in Musique on 28 avril 2009 by Léon Roumagnac

Publicités

– Pour faire revenir le Soleil……

Posted in Actualités et politique on 28 avril 2009 by Léon Roumagnac

-Il pleut, il pleut, il pleut…

Posted in Actualités et politique on 26 avril 2009 by Léon Roumagnac

 
– Pour la pluie il faut être équipé soit de vêtements adaptés ou alors d’un redoutable parapluie… mais aussi, on peut rester à l’abri, bien au chaud, avec quelques bouquins pour aller ailleurs !…un petit extrait du roman " Une odyssée américaine " de Jim Harrison :" – A l’aube, j’ai décidé d’emporter le puzzle des Etats-Unis et d’en lancer une pièce par la fenêtre de mon break chaque fois que je franchirais la frontière d’un nouvel Etat. Dans l’immédiat, ça allait être formidable de balancer le Michigan…"

– Des abeilles en ballade….

Posted in Actualités et politique on 23 avril 2009 by Léon Roumagnac

– Intermède…

Posted in Musique on 21 avril 2009 by Léon Roumagnac

– La huppe fasciée est revenue…

Posted in Actualités et politique on 19 avril 2009 by Léon Roumagnac

      
Hoopoe
envoyé par lutz6lucker
– Les beaux jours sont arrivés !…. La huppe fasciée est revenue d’Afrique, elle a retrouvée son lieu de nidification dans la petite Vallée… Il ya trois ou quatre jours que l’on entend son célèbre chant : " Houp…oup…oup ", toujours la même mélodie que l’on entend matin et soir lorsque le soleil brille…
" – Du latin upupa, origine onomatopéique tirée de son chant (« houp-oup-oup »), qui lui a valu son nom dans beaucoup de langues et dialectes, par exemple en anglais (hoopoe), en italien (upupa), en hollandais (weide-)hop etc. De même, elle est appelée « bout bout » dans le centre de la France. Elle est aussi nommée « pue pue » dans certaines régions, allusion à la mauvaise odeur de son nid. Le qualificatif « fascié » fait référence aux rayures noires et blanches de son plumage (huppe, ailes et rectrice).Essentiellement insectivore, la huppe capture la grande majorité de ses proies au sol. Diverses espèces d’insectes (scarabées, grillons, fourmis, courtilières, chenilles, larves diverses, etc.) et de petits invertébrés (mille-pattes, limaces, escargots dont elle casse la coquille) figurent à son menu, mais elle recherche spécialement les insectes colonisant les bouses et déjections de mammifères, qu’elle capture avec son long bec recourbé. Il lui arrive aussi de capturer de temps en temps des insectes en vol ou sur ou dans le bois-mort.La huppe va nicher dans un trou d’arbre ou de rocher. Elle occupe parfois certaines constructions (bergeries, fermes et même des pavillons modernes), ainsi que les nichoirs artificiels et fréquemment d’anciennes loges de pics mais se contente souvent d’une anfractuosité ou l’ouverture se réduit à une simple fissure. Si on approche la main du nid, les petits se retournent et défèquent en direction de l’intrus ! De plus les dejections que les parents n’enlevent pas font fuir les prédateurs de par leur odeur. Le petit pour manger lance le morceau de nourriture en l’air et en ouvrant le bec l’avale.En Europe, elle fait une, parfois deux couvées par an.Les huppes européennes migrent en général jusqu’à l’Afrique tropicale pour passer la mauvaise saison. L’hivernage est accidentel en France, les rares cas signalés concernent probablement des oiseaux blessés ou affaiblis.En France, son arrivée est précoce, enregistrée dès la fin février dans le Sud, en mars ou avril dans les régions plus septentrionales. Mais elle quitte nos latitudes dès qu’elle a terminé sa nidification, au mois d’août et plus rarement en septembre." Source WIKIPEDIA
– Comme tous les ans, elle vient sur le tapis vert formé par le gazon fraichement coupé pour y chercher des larves diverses…C’est un oiseau qui est protégé et dans la culture du pays lorsqu’on entend son célèbre chant on dit que les beaux jours de printemps sont annoncés….Après la première hirondelle, le premier coucou entendu et la huppe,  ces trois annonciateurs des emblèmes de lumière et de joie confirment la  sortie de la froidure de l’hiver. Dans l’air réchauffé, la campagne est en train de se réveiller ; c’est un enchantement dans cette matinée de printemps….

– Le goût du siècle…

Posted in Livres on 18 avril 2009 by Léon Roumagnac

" – Deux gens de lettres se promenaient à quelques pas de là. " – Ne m’avouerez-vous pas, disait l’un deux, qu’il ya pas deux siècles que notre littérature était encore dans l’enfance ; elle ne faisait que balbutier, et annonçait à peine à quel point elle pouvait parvenir. Dans le siècle dernier, elle prit de la force, et s’éleva si haut qu’elle ne vit plus rien au-dessus d’elle. On avait pris pour modèles les plus grands maîtres d’entre les grecs et les latins : on les égala, si on ne les surpassa pas. Les succès inspirent la confiance ; et, avec trop de confiance, on se néglige… Vous voyez presque toutes nos poésies, nos histoires, nos harangues, nos livres à la mode, tout y est présenté à la babylonienne ; beaucoup d’art, peu de nature ; ne vaste superficie, point de fond ; tout est fleuri, léger, vif, pétillant ; tout est joli, rien n’est beau….Si nos écrivains sont capables de revenir sur leurs pas, et de reprendre les grands modèles, on sait ce qu’ils peuvent ; ils sont sûrs de plaire à toute la terre et pour toujours ; mais, s’ils continuent de se livrer à eux-mêmes, leurs ouvrages ,ne seront jamais que des bijoux de fantaisie, que la mode met en valeur et qu’une autre mode fait bientôt oublier." Tiphaigne de la Roche, Giphantie, Extraits.