Archive pour septembre, 2012

C.Michael Dudash , artiste peintre….

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Musique, Santé et bien-être on 30 septembre 2012 by Léon Roumagnac

Publicités

Ferenc Tulok , artiste peintre…

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Musique, Santé et bien-être on 30 septembre 2012 by Léon Roumagnac

Le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance.

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Livres, Organisations, Santé et bien-être on 30 septembre 2012 by Léon Roumagnac

 « …La règle d’or devra être inscrite « de préférence » dans la Constitution. Mais ce n’est pas une obligation. A défaut, un texte de loi suffira si sa valeur juridique garantit qu’il ne sera pas remis perpétuellement en cause. L’Allemagne a dû accepter cette concession, car de nombreux pays refusaient de modifier leur Constitution.
Le Conseil constitutionnel français a jugé qu’une loi organique, plus facile à voter, suffirait à satisfaire l’UE. Le risque d’échec était trop important, car la loi française nécessite l’accord des deux tiers du Parlement pour modifier la Constitution…. » Sources  http://www.huffingtonpost.fr/2012/09/29/pacte-budgetaire-europeen-traite-structurel-deficit_n_1925367.html?utm_hp_ref=france

 

Michel SERRES  » Entrez dans la Résistance, faites la grève du zèle, en faveur de notre langue….. »

Posted in Actualités et politique, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Livres, Organisations, Santé et bien-être with tags , , , , , , on 30 septembre 2012 by Léon Roumagnac

Faites vous aussi de la résistance !… comme nous l’indique Michel SERRES : « …N’achetez aucun produit dont la publicité ne soit pas dite en français ou dont vous ne comprenez pas le nom ; n’allez pas voir de film dont le titre, sur l’affiche, ne soit pas traduit ; révoltez-vous contre les nouveaux collabos, entrez dans la Résistance, faites la grève du zèle, en faveur de notre langue. » car, actuellement il y a non seulement quelques titres de films en anglais pour faire moderne (1) mais aussi des raisons sociales en anglais pour  vendre des produits !… Soyez résistants !…

J‘ai découvert ce matin un extrait d’un article d’un journal qui date de 1989 et qui étudiait les différentes évolutions de l’ enseignement depuis les années 60 à 1990 en prenant comme exemple un tout petit problème de mathématique. Je cite le document :

” – Enseignement 1960 : Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 F. Ses frais s’élèvent au 4/5 du prix de vente. Quel est son bénéfice ?

– Enseignement traditionnel 1970 : Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 F. Ses frais de production s’élèvent au 4/5 du prix de vente, c’est-à-dire 80 F. Quel est son bénéfice ?

– Enseignement moderne 1970 : Un paysan échange un ensemble P de pommes de terre contre un ensemble M de pièces de monnaie. Le cardinal de l’ensemble M est égal à 100 et chaque élément m de M vaut 1 F. Dessine 100 gros points représentant les éléments de l’ensemble M. L’ensemble F des frais de production comprend 20 gros points de moins que l’ensemble M. Représente F comme sous-ensemble de M et donne la réponse à la question suivante : quel est le cardinal de l’ensemble B des bénéfices ? ( à dessiner en rouge ).

– Enseignement rénové 1980 : Un agriculteur vend un sac de pommes de terre pour 100F. Les frais de production s’élèvent à 80 F. et le bénéfice est de 20 F. Devoir : souligne les mots ” pommes de terre ” et discutes-en avec ton voisin.

– Enseignement réformé 1990 : Un peizan kapitalist privilégié sanrichi injustement de 20F. sur un sac de patats. Analiz le texte et recherch les fôtes de contenu de gramère d’ortograf et de ponctuassion et ansuite di se que tu penses de sète maniare de sanrichir. ” Source le Monde du 29 avril 1989, Claude Sarraute, Le Niveau Monte.

– Alors je pourrai  y ajouter un autre paragraphe pour l’enseignement entre 2009 et 2011,  à l’aide des fameux portables   » iPhones », etc… à la lecture de certains commentaires lus sur la Toile  lorsqu’on voyage un peu sur la planète du Net, j’ose le faire en imitant ce nouveau sabir de derrière les poubelles :

“1peisanfrickémondialiszeacomblé 3€ sursacpatatos.envoismspuortecksogm boufonpatatosgencrapos.pansesila patatosbonmange? reponsmsanaliz.”

On comprend pourquoi l’anglais est de plus en plus utilisé en terre françoyse puisque le françoys est devenu un sabir de derrière les poubelles comme le prédisait Paul GUTH dans on ouvrage  » Lettre ouverte aux futurs illétrés en 1980  !…

  

Ce sera très bientôt le même problème en terre françoyse !…déjà si vous ne parlez pas anglais vous n’avez aucune chance d’être embauchés par certaines grandes entreprises mondialistes qui ne voient l’avenir que dans cet empire décadent qui a osé vendre des Emprunts toxiques à toute la terre entière et mêmes à nos chères Collectivités territoriales qui sont très silencieuses sur ce sujet, pour l’instant, mais qu’une augmentation très sensible des impôts  locaux pour l’ année 2013  prouvera leur présence, même très localement,  dans de petites communes  de la France profonde…

L’article de Michel SERRES, philosophe et académicien, publié dans “Sud Ouest” du 9 mai 2011 :

« Amoureux des langues, il en apprécie les musiques subtiles, s’enthousiasme devant le point de vue irremplaçable que chacun porte sur les choses du monde. Ne le soupçonnez pas d’enfermement ni de nationalisme. Pourtant, au retour de dix voyages, voici ce qu’il voit : plus de mots anglais sur les murs de nos villes ou à la une de nos journaux que de mots allemands pendant l’occupation. Si vous voyagez en train, la SNCF vous fourre dans la poche une carte S’miles, dont la plaisanterie ne fait rire aucun anglo saxophone et par laquelle la compagnie, dite française, torpille le système métrique, adopté dans les sciences, universellement, au Point que la Nasa, récemment, faillit perdre un satellite pour s’être embrouillée dans ses propres unités archaïques. Enseignant, vous ne pouvez prétendre, en classe, que le mot relais ne s’écrit point par un y puisque, dans toutes les gares de France, s’affiche, en gros et en rouge, cette lettre. Plus de boutiques, des shops ; un déluge de best of, decover, demake-up…pis : des crèmes anti-age qui révèlent la stupidité du traducteur, puisque to age signifie vieillir. En fait, ce sont des plâtras pour réparer l’irréparable vieillerie des rides. Feuilletez maintenant l’histoire des guerres. Les vainqueurs imposent toujours leur langue aux vaincus, ce pourquoi il nous reste à peine trente mots gaulois. En Europe de l’Est, l’enseignement du russe était obligatoire. Quelle guerre nouvelle venons- nous de perdre ? Qui sont donc les collabos ? Victorieux de la lutte pour le fric, les riches cherchent à ne pas jaser de la même manière que le peuple. Avant la guerre de 14-18, 51% des Français parlaient alsacien, breton, picard ou langue d’oc : ruraux pour la plupart. Les langues des régions de France moururent de la mort des paysans. Au Moyen Âge, les savants, les médecins, les juristes, bref, la classe dominante parlait latin. Il fallut un édit royal pour que notre langue maternelle fût usitée en public et dans les actes officiels. Nous revenons aujourd’hui à cet état de fait. Les riches, la classe dominante, les publicitaires, ceux qui tiennent l’espace des affiches et le temps de parole éliminent le français. Comme d’habitude, les vainqueurs cherchent à imposer leur langage. Vous souvenez-vous de la vieille pub où un chien écoutait, obéissant, assis devant une enceinte acoustique d’où sortait la Voix de son Maître ? La voix de nos maîtres, nous ne l’entendons plus que dans une autre langue. Et quel sabir ! Si vous saviez à quel point ces dominants ignorent le vrai, le bel anglais ! J’en ai honte devant mes amis d’outre- Manche ou d’outre-Atlantique. Du coup, la langue française, la mienne, que j’aime, devient celle des pauvres, des assujettis, nous, petits chiens obéissant à la pub et au fric. Je vous invite à l’écrire et à la parler, fièrement, comme langue de la Résistance. Chaque fois que je reçois un message où l’on me demande un pitch de ma conférence à venir, je réponds aussitôt : qu’ès aco, lou pitch ? Là, le Parisien, in, est interloqué. Les savants qui inventent, qui ont parfois reçu prix Nobel ou médaille Fields, disent, unanimement : on n’invente que dans sa langue, qui délivre un point de vue inédit, je l’ai dit, sur le monde. Après, on publie les résultats de la découverte dans les revues rédigées dans le sabir commun ; depuis trois mille ans, il existe, en effet, une langue de communication : normale, nécessaire, salutaire. Le patron des traducteurs qui travaillent au Conseil de l’Europe ne cesse d’affirmer que les interventions réellement originales s’y font dans les idiomes propres ; l’usage ou l’obligation de ne parler que dans la langue de communication condamne chacun à ne plus penser que dans le format, dans la correction politique, dans les répétitions indéfinies de la société du spectacle. Autrement dit, devenir bourrique. Pour défendre le Français, espèce inventive en péril, je vous propose une stratégie d’une puissance rare. Utilisez votre carte de crédit comme bulletin de vote. N’achetez aucun produit dont la publicité ne soit pas dite en français ou dont vous ne comprenez pas le nom ; n’allez pas voir de film dont le titre, sur l’affiche, ne soit pas traduit ; révoltez-vous contre les nouveaux collabos, entrez dans la Résistance, faites la grève du zèle, en faveur de notre langue. »

Un petit rappel pour le Prix de la Carpette anglaise pour l’année 2011….

“…..Selon l’Académie de la Carpette anglaise, ce prix « distingue plus spécialement les déserteurs de la langue française qui ajoutent à leur incivisme linguistique une veule soumission aux puissances financières mondialisées, responsables de l’abaissement des identités nationales, de la démocratie et des systèmes sociaux ». Selon cette définition, ce prix n’est pas une manifestation de chauvinisme, mais une manifestation de promotion de la langue française en contre-pouvoir à la promotion de la langue anglaise là où la langue française pourrait être jugée légitime et de respect de la diversité culturelle, en particulier au sein de l’Union européenne, face à la culture « unique » d’origine « anglo-saxonne ». Depuis 2001, a été institué un « prix spécial du jury » qui distingue les personnalités de l’élite européenne ou internationale qui collaborent activement à la propagation de la langue anglaise dans les institutions européennes ou internationales….

Liste des lauréats avec les motivations du jury de l’Académie de la Carpette anglaise :

2011 : Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP pour sa vigoureuse promotion de l’usage de l’anglais, de la maternelle aux grandes écoles, et sa volonté de faire de l’anglicisation de la télévision publique un des enjeux de son parti et de l’élection présidentielle.

2010 : Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste (et ses conseillers en communication), pour « leur recours systématique à des slogans anglo-saxons (du “care” à “What would Jaurès do ?”) »….Wikipédia

 » – Il y a  à peu près autant d’imbéciles en Angleterre qu’en France. Mais un imbécile anglais est un imbécile tout court, tandis qu’un imbécile français est un imbécile qui raisonne « . Georges Meredith.

 » Paris est une grosse tête par rapport à la France. La France devient hydrocéphale, et ce n’est pas dans les grosses têtes qu’il y a les gros cerveaux. » Julien GREEN. (1)

(1) “– L’écrivain François d’Épenoux décrit les bobos comme « les nouveaux maîtres de Paris, stars des gazettes et chouchous des pubards, leaders d’opinion et des dîners en ville, nouvelle volaille qui, comme dans la chanson de Souchon, fait l’opinion. Ce sont quelques poignées de vrais bourgeois mais faux bohèmes, connus ou inconnus, fricotant dans la pub, la presse, la musique ou le cinéma, bref, dans des métiers bien, qui prônent leurs idées et prêchent leurs discours avec d’autant plus de légèreté mondaine qu’ils n’en subiront jamais les conséquences, planqués qu’ils sont dans leurs donjons bardés de digicodes. Ce sont les nouveaux gardiens de la Pensée unique qui déversent sur le moindre assaillant l’huile tiède d’une soupe idéologique ressassée, entre deux flèches trempées dans le fiel mortel de leurs propres erreurs »Sources Wikipédia.

D’autre part si on consulte aussi les Carnets LV,1133 de Camus on peut aussi y lire le commentaire suivant : ” Selon Melville, les rémoras, poissons des mers du Sud, nagent mal. C’est pourquoi leur seule chance d’avancer consiste à s’accrocher au dos d’un grand poisson. Ils plongent alors une sorte de tube jusque dans l’estomac d’un requin, y pompent leur nourriture, et se propagent sans rien faire en vivant de la chasse et des efforts du fauve. Ce sont les moeurs parisiennes.”… et rien n’a changé, les rémoras sont toujours présentes et de plus en plus grasses et nombreuses car c’est le temps de leur grande prolifération…et surtout très complices  du pouvoir financier mondial pour nous enlever toutes nos libertés fondamentales  qui ont été chèrement conquises…

Le Françoys  c’est la langue de la Résistance…

V.B. Droscher  » L’établissement de la hiérarchie a été bien observée chez les poussins de basse-cour….. »

Posted in Actualités et politique, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Livres, Organisations, Santé et bien-être with tags , , , , , , , on 30 septembre 2012 by Léon Roumagnac

 » L’établissement de la hiérarchie a été bien observée chez les poussins de basse-cour. Quand deux poussins de 3 semaines se trouvent face à face pour la première fois ( devant une graine par exemple ), le premier qui a le  » culot » de donner un coup de bec à l’autre et de s’en emparer de la graine s’assure la préséance. Il dominera son compagnon pour le reste de ses jours…L’observation prouve que ce n’est pas nécessairement le plus fort qui gagne, mais aussi ( et peut-être surtout ) le plus courageux, le meilleur stratège, voire le plus roublard ou le plus bluffeur. Si la place dans la hiérarchie n’est pas innée, mais acquise, l’instinct de hiérarchie lui, est inné…. » V.B. Droscher, le Sens mystérieux des animaux,Extrait, Laffont 1965.
http://www.huffingtonpost.fr/2012/09/13/violence-scolaire-education-parents-eleves-agression-bordeaux-poitiers_n_1881917.html
 » Dans la réalité, à l’intérieur d’un même groupe, les animaux ne se battent pas ; ils s’affrontent plutôt. Sauf cas exceptionnel, ses « luttes » ne sont jamais meurtrières. Et cela se conçoit aisément : au sein d’une même espèce, le combat mortel serait doué d’une valeur de sélection négative. C’est pourquoi l’évolution a mis en place un certain nombre de mécanismes psychologiques qui inhibent l’instinct de mort entre deux sujets conspécifiques. » Les loups ne se mangent pas entre eux « , affirment un dicton populaire, riche d’expérience et de bons sens… Quand les deux protagonistes en viennent aux mains ( ou plutôt au corps à corps ), les échanges se limitent à quelques coups de bec, de griffes ou de dents. Et les égratignures, si elles existent, ne saignent pas beaucoup… Tout les animaux ont un  » instinct de mort  » qui les conduit à attaquer les autres espèces ou à s’en défendre. Mais le comportement est inhibé vis-à-vis des congénères, c’est-à-dire de ceux avec lesquels un croisement est possible…Entre animaux d’une même espèce, on peut jouer à la guerre, on ne la fait pas. Les actes ne dépassent jamais, ou presque, l’intensité d’un rituel…. Toutefois, l’inhibition de l’instinct de mort semble moins fort chez les primates… La situation est encore pire dans notre espèce, où l’impossibilité de tuer son semblable a complètement disparu. Nous sommes les seuls à détenir le triste privilège de pouvoir assassiner notre voisin, mais aussi de provoquer des guerres entre nations, voire entre continents. L’absence de cette protection biologique contre l’agressivité intraspécifique est, chez nous, remplacée par l’éthique, et le commandement universel : « Tu ne tueras point ; aime ton prochain comme toi-même. » Mais un programme génétique ne se discute pas : il s’exécute…. »Jacques RUFFIE, Le sexe et la mort, Extrait, Odile Jacob 1986.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/09/29/deux-jeunes-tues-dans-une-bagarre-a-la-villeneuve-pres-de-grenoble_1767842_3224.html
  http://www.metrofrance.com/info/grenoble-deux-etudiants-sans-histoires-mortellement-poignardes/mliC!M67flBkbMBgU/

CIORAN  » Et le seul sens du temps est de multiplier ces unités, de grossir indéfiniment ces souffrances verticales….. »

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Livres, Organisations, Santé et bien-être, Voyages with tags , , , , , on 29 septembre 2012 by Léon Roumagnac

  » Depuis Adam tout l’effort des hommes a été de modifier l’homme. Les visées de réforme et de pédagogie, exercées aux dépens des données irréductibles, dénaturent la pensée et en faussent le mouvement. La connaissance n’a pas d’ennemi plus acharné que l’instinct éducateur, optimiste et virulent, auquel les philosophes ne sauraient échapper : comment leurs systèmes en seraient-ils indemnes ? Hors l’Irrémédiable, tout est faux ; fausse cette civilisation qui veut le combattre, fausses les vérités dont elle s’arme. A l’exception des sceptiques anciens et des moralistes français, il serait difficile de citer un seul esprit dont les théories, secrètement ou explicitement, ne tendent point à modeler l’homme. Mais il subsiste inaltéré, quoiqu’il ait suivi le défilé de nobles préceptes, proposés à sa curiosité, offerts à son ardeur et à son égarement. Alors que tous les êtres ont leur place dans la nature, il demeure une créature métaphysiquement divagante, perdue dans la Vie, insolite dans la Création. Un but valable à l’histoire, personne n’en a trouvé ; mais tout le monde en a proposé ; et c’est un pullulement de buts tellement divergents et fantasques que l’idée de finalité en est annulée et s’évanouit en dérisoire article de l’esprit. Chacun subit sur soi cette unité de désastre qu’est le phénomène homme. Et le seul sens du temps est de multiplier ces unités, de grossir indéfiniment ces souffrances verticales qui s’appuient sur un rien de matière, sur l’orgueil d’un prénom et sur une solitude sans appel. » CIORAN, Précis de décomposition, Extrait.
http://www.voltairenet.org/fr
http://www.syti.net/index.php
http://www.karmapolis.be/pipeline/empire_des_dragons_noirs.htm
http://www.syti.net/MessageIndiens.html

RÛMÎ  » Ce que le mystique connaît de ta condition, tu ne le connais pas….. »

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Santé et bien-être with tags , , , on 29 septembre 2012 by Léon Roumagnac

bibelots cubains

 » – Pour les saints, ô lecteur, le sommeil est un royaume, comme ce le fut pour les Compagnons de la Caverne en ce monde. Ils rêvent, mais il n’y a pas là de sommeil : ils vont dans la non-existence, et il n’y a pas là de porte. Le corps est une étroite maison, et l’âme à l’intérieur est ankylosée : Dieu l’a détruit afin de construire un palais royal. Je suis ankylosé comme l’embryon dans la matrice, je suis arrivé à l’âge de neuf mois : cette migration est devenue urgente. A moins que les douleurs de l’enfantement ne s’emparent de ma mère, ( que ferai-je ?) dans cette prison ? je suis dans le feu. Ma mère, c’est à dire ma nature ( mon corps), par ses douleurs d’agonie donne naissance ( à l’esprit), afin que l’agneau ( l’esprit) puisse être retiré de la brebis ; afin que l’agneau puisse paître dans les verts pâturages. Viens, ouvre ton sein, car cet agneau est devenu grand. Si les douleurs de l’enfantement sont pénibles pour la femme enceinte, c’est pour l’embryon l’ouverture de sa prison. La femme enceinte pleure lors de l’accouchement, disant : “- Où est le refuge ? ” Mais l’embryon rit, disant : ” – La délivrance est venue .” Quelles que soient les mères qui se trouvent sous le ciel, minéral, animal ou végétal, elles sont ignorantes, toutes, de la souffrance des autres, sauf les personnes douées de discernement et parfaites. Comment l’homme stupide connaîtrait-il de sa propre maison ce que l’homme intelligent connaît des demeures d’autrui ? Ce que le mystique connaît de ta condition, tu ne le connais pas de ta propre condition. » RÛMÎ.