Archives de octobre, 2009

– Intermède….

Posted in Musique on 31 octobre 2009 by Léon Roumagnac

– Ce livre très intéressant….

Posted in Santé & bien-être on 31 octobre 2009 by Léon Roumagnac

" – La Bible, qui est un livre très intéressant et parfois très profond, lorsqu’on le considère comme l’une des plus anciennes manifestations, parvenues jusqu’à nous, de la sagesse et de la fantaisie humaines, exprime cette vérité d’une manière fort naïve dans son mythe du péché originel. Jéhovah, qui, de tous les dieux qui ont jamais été adorés par les hommes, est certainement le plus jaloux, le plus vaniteux, le plus féroce, le plus injuste, le plus sanguinaire, le plus despote et le plus ennemi de la dignité et de la liberté humaines, ayant créé Adam et Ève, par on ne sait quel caprice, sans doute pour tromper son ennui qui doit être terrible dans son éternellement égoïste solitude, ou pour se donner des esclaves nouveaux, avait mis généreusement à leur disposition toute la terre, avec tous les fruits et tous les animaux de la terre, et il n’avait posé à cette complète jouissance qu’une seule limite. Il leur avait expressément défendu de toucher aux fruits de l’arbre de la science. Il voulait donc que l’homme, privé de toute conscience de lui-même, restât une bête, toujours à quatre pattes devant le Dieu éternel, son Créateur et son Maître. Mais voici que vient Satan, l’éternel révolté, le premier libre penseur et l’émancipateur des mondes. Il fait honte à l’homme de son ignorance et de son obéissance bestiales ; il l’émancipe et imprime sur son front le sceau de la liberté et de l’humanité en le poussant à désobéir et à manger du fruit de la science."Mikhaïl Bakounine, Dieu et l’Etat, Extrait, 1882.

– Intermède….

Posted in Santé & bien-être on 31 octobre 2009 by Léon Roumagnac

– A-t-il mangé la fleur …

Posted in Actualités et politique on 31 octobre 2009 by Léon Roumagnac

Que s'est-il passé sur sa planète ? Peut-être bien que le mouton a mangé la fleur... Sûrement non ! Le petit prince enferme sa fleur toutes les nuits sous son globe de verre, et il surveille bien son mouton...Alors je suis heureux. Et  toutes les  étoiles rient doucement... 

" – C’est là un bien grand mystère. Pour vous qui aimez aussi le petit prince, comme pour moi, rien de l’univers n’est semblable si quelque part, on ne sait où, un mouton que nous ne connaissons pas a, oui ou non, mangé une rose…Regardez le ciel. Demandez-vous : " Le mouton oui ou non a-t-il mangé la fleur ? " Et vous verrez comme tout change… Et aucune grande personne ne comprendra jamais que ça a tellement d’importance !.." Antoine de Saint-Exupéry.

– Le pouvoir des Sites sacrés….

Posted in Santé & bien-être on 31 octobre 2009 by Léon Roumagnac

Combien de fois avez-vous senti la présence et le calme d'une forêt très ancienne ? Combien de fois avez-vous été réduit au silence par le rugissement d'une cascade déversant ses eaux comme un torrent sur des rochers en granit ? Les sites sacrés ne nécessitent aucune explication, aucune carte. Ils existent. Vous les sentez et votre perspective grandit... 

" – Seule une poignée de Hopis aujourd’hui connaissent tous ces emplacements. Comme leurs frères et leurs soeurs dans le monde qui ressentent et devinent encore le pouvoir d’un lieu, ces esprits sages disent que le pouvoir des sites sacrés réside dans quelque chose de plus important que leur beauté apparente. Ils reconnaissent que l’histoire de ces sites est importante, mais l’esprit, insistent-ils, est beaucoup plus important. Il opère avec des gens de toutes les races, mais uniquement si leur conscience est claire et leur coeur pur. Certains lieux spéciaux dans la nature ont la capacité d’aider les hommes à entrer dans des états de conscience modifiés appelés " spirituels " en raison de leur contact direct, mental et/ou spirituel, avec eux."James A. Swan.

– Les bateleurs et les autres…

Posted in Actualités et politique on 31 octobre 2009 by Léon Roumagnac

...et par notre inconstance, qui ne nous a jamais permis d'avoir des lois uniformes et durables.  

" – Les singes ressemblent plutôt à des bateleurs qu’à un peuple policé ; et ils ne paraissent pas être réunis sous les lois fixes et fondamentales, comme les autres espèces. Nous ressemblons plus aux singes qu’à aucun autre animal par le don de l’imitation, par la légèreté de nos idées, et par notre inconstance, qui ne nous a jamais permis d’avoir des lois uniformes et durables. Quand la nature forma notre espèce, et nous donna quelques instincts, l’amour-propre pour notre conservation, la bienveillance pour la conservation des autres, l’amour qui est commun avec toutes les espèces, et le don inexplicable de combiner plus d’idées que tous les animaux ensemble ; après nous avoir ainsi donné notre lot, elle nous dit : " Faites comme vous pourrez."Voltaire, Dictionnaire philosophique 1764.

– Propriétaires et mendiants…

Posted in Actualités et politique on 31 octobre 2009 by Léon Roumagnac

" – Propriétaires et mendiants : deux catégories qui s’opposent à n’importe quel changement, à n’importe quel désordre rénovateur. Placés aux deux extrémités de l’échelle sociale, ils craignent toute modification en bien ou en mal : ils sont pareillement établis, les uns dans l’opulence, les autres dans le dénuement. Entre eux se situent – sueur anonyme, fondement de la société, – ceux qui s’agitent, peinent, persévèrent et cultivent l’absurdité d’espérer. L’Etat se nourrit de leur anémie ; l’idée de citoyen n’aurait ni contenu ni réalité sans eux, non plus que le luxe et l’aumône : les riches et les clochards sont les parasites du Pauvre.S’il y a mille remèdes à la misère, il n’y en a aucun à la pauvreté. Comment secourir ceux qui s’obstinent à ne pas mourir de faim ? Dieu même ne saurait corriger leur sort. Entre les favoris de la fortune et les loqueteux circulent ces affamés honorables, exploités par le faste et les guenilles, pillés par ceux qui, ayant l’horreur du labeur, s’installent, suivant leur chance ou leur vocation, dans le salon ou dans la rue. Et c’est ainsi qu’avance l’humanité : avec quelques riches, avec quelques mendiants – et avec tous ses pauvres…" CIORAN , Précis de décomposition.