Archive pour septembre, 2007

– Le Paradis….

Posted in Santé et bien-être on 30 septembre 2007 by Léon Roumagnac

 

On dit qu’il y aura le Paradis et des Houri aux grands yeux ;
Et du vin et du miel !
Qu’y a-t-il à craindre si nous avons choisi le vin et l’aimée ;
Puisque tout doit enfin aboutir à cela !

Omar KHAYYAM

Publicités

– Brèves de Comptoir….

Posted in Actualités et politique on 29 septembre 2007 by Léon Roumagnac

 
 
" – La Birmanie tombe à pic ; on ne donne plus de nouvelles du camp de concentration de Gaza."
 
" – A cause de  toutes ces folles déclarations depuis quelques  semaines des imbéciles empoisonnent les chiens à Biarritz."
 
" – Le chaudron rose oublie ce que donne un parti unique avec des corporatismes.
 
" – En relayant la peur, les médias sont en train de remplir les dépendances de la S.P.A.de chiens. "
 
" – Au lever du jour certains nobles utilisent le laser pour entendre le brame dans la Cité. "
 
" – Un grand syndicaliste agricole déclare que les dizaines de milliers d’hectares de maïs transgénique en Occitanie ne sont que des cultures de laboratoire. "
 
" – Les douze milliards de déficit de la Sécu prouvent l’efficacité du médecin référent."
 
" – Avec la Sécu et le médecin référent c’est le flicage de  tout un pays." 
 
" – L’Europe pense que le gouvernement français est en train de préparer le concours Lépine."
 
"- Haro sur les fonctionnaires d’état mais sur la pléthore de la territoriale aucun mot car il s’agit des cousins,cousines et amis des seigneurs des châteaux."

– Le Phénomène…

Posted in Actualités et politique on 28 septembre 2007 by Léon Roumagnac

 

Depuis Adam tout l’effort des hommes a été de modifier l’homme. les visées de réforme et de pédagogie, exercées aux dépens des données irréductibles, dénaturent la pensée et en faussent le mouvement. La connaissance n’a pas d’ennemi plus acharné que l’instinct éducateur, optimiste et virulent, auquel les philosophes ne sauraient échapper : comment leurs systèmes en seraient-ils indemnes ? Hors l’Irrémédiable, tout est faux ; fausse cette civilisation qui veut le combattre, fausses les vérités dont elle s’arme. A l’exception des sceptiques anciens et des moralistes français, il serait difficile de citer un seul esprit dont les théories, secrètement ou explicitement, ne tendent point à modeler l’homme. Mais il subsiste inaltéré, quoiqu’il ait suivi le défilé de nobles préceptes, proposés à sa curiosité, offerts à son ardeur et à son égarement. Alors que tous les êtres ont leur place dans la nature, il demeure une créature métaphysiquement divagante, perdue dans la Vie, insolite dans la Création. Un but valable à l’histoire, personne n’en a trouvé ; mais tout le monde en a proposé ; et c’est un pullulement de buts tellement divergents et fantasques que l’idée de finalité en est annulée et s’évanouit en dérisoire article de l’esprit. Chacun subit sur soi cette unité de désastre qu’est le phénomène homme. Et le seul sens du temps est de multiplier ces unités, de grossir indéfiniment ces souffrances verticales qui s’appuient sur un rien de matière, sur l’orgueil d’un prénom et sur une solitude sans appel.

 CIORAN, Précis de décomposition, Extrait.

 

– L’Espace…

Posted in Actualités et politique on 27 septembre 2007 by Léon Roumagnac

 

 DSC_0855

Le mouvement dans le temps, c’est l’irréversibilité dans une seule direction. " Nous vivons en avant, à dit Kierkegaard, mais nous ne pouvons comprendre qu’à reculons. " En outre, le flux de durée est indéfini et sans conclusion, c’est un cours perpétuel ne possédant en soi ni forme ni possibilité d’équilibre symétrique. La nature, il est vrai, impose à ce perpétuel périr une certaine apparence de forme et de symétrie. C’est ainsi que les jours alternent avec les nuits, que les saisons se reproduisent régulièrement, que les plantes et les animaux possèdent leurs cycles de vie, et sont remplacés par une descendance qui leur ressemble. Mais tous ces dessins, ces symétries, ces retours, sont caractéristiques, non pas du temps tel qu’il est en soi, mais de l’espace et de la matière tels qu’ils sont associés au temps dans notre conscient. Les jours, les nuits, et les saisons existent parce que certains corps célestes se déplacent d’une certaine façon. Si la terre mettait, non pas une année, mais un siècle, à tourner autour du soleil, notre sentiment de l’absence intrinsèque de forme, en ce qui concerne le temps, de son cours irrévocable et à sens unique vers la mort de toutes les entités qui y ont trait, serait beaucoup plus vif qu’il ne l’est à présent ; car la plupart d’entre nous, dans ces circonstances hypothétiques, ne vivraient pas assez longtemps pour voir toutes les quatre saisons de la longue année, et n’auraient aucune expérience de cette récurrence et de ce renouveau, de ces variations cosmiques sur des thèmes connus, qui, dans les conditions astronomiques actuelles, déguisent la nature essentielle du temps en lui attribuant, ou en paraissant lui attribuer, quelques-unes des qualités de l’espace. Or, l’espace est un symbole de l’éternité ; car dans l’espace il y a la liberté, il y a la réversibilité du mouvement, et il n’y a rien, dans la nature d’un espace, comme c’est le cas pour celle du temps, qui condamne ceux qui y sont mêlés à la mort et à la dissolution inévitables.

Aldous Huxley, Les portes de la perception,1954.

 

– L’Invention …

Posted in Actualités et politique on 27 septembre 2007 by Léon Roumagnac

 DSC_0859

L’inquisition est, comme on sait, une invention admirable et tout à fait chrétienne pour rendre le pape et les moines plus puissants et pour rendre tout un royaume hypocrite. On regarde d’ordinaire saint Dominique comme le premier à qui l’on doit cette sainte institution. En effet, nous avons encore une patente donnée par ce grand saint, laquelle est conçue en ces propres mots : " Moi, frère Dominique, je réconcilie à l’Eglise le nommé Roger, porteur des présentes, à condition qu’il se fera fouetter par un prêtre trois dimanches consécutifs depuis l’entrée de la ville jusqu’à la porte de l’église, qu’il fera maigre toute sa vie, qu’il jeûnera trois carêmes dans l’ année, qu’il ne boira jamais de vin, qu’il portera le san-benito avec des croix, qu’il récitera le bréviaire tous les jours, dix pater dans la journée, et vingt à l’heure de minuit ; qu’il gardera désormais la continence, et qu’il se présentera tous les mois au curé de sa paroisse, etc., tout cela sous peine d’être traité comme hérétique, parjure et impénitent." Quoique Dominique soit le véritable fondateur de l’inquisition, cependant Louis de Paramo, l’un des plus respectables écrivains et des plus brillantes lumières du Saint – Office, rapporte, au titre second de son second livre, que Dieu fut le premier instituteur du Saint-Office, et qu’il exerça le pouvoir des frères prêcheurs contre Adam. D’abord Adam est cité au tribunal : Adam, ubi es ? et en effet, ajoute-t-il, le défaut de citation aurait rendu le procédure de Dieu nulle. Les habits de peau que Dieu fit à Adam et à Eve furent le modèle du san-benito que el Sain-Office fait porter aux hérétiques. Il est vrai que par cet argument on prouve que Dieu fut le premier tailleur ; mais il n’est pas moins évident qu’il fut le premier inquisiteur. Adam fut privé de tous les biens immeubles qu’il possédait dans le paradis terrestre : c’est de là que le Saint-Office confisque les biens de tous ceux qu’il a condamnés…

 VOLTAIRE, Dictionnaire Philosophique,1764.

– Un seul lien :

http://www.laicite1905.com

et un de plus :

http://atunion.free.fr

– Le magnétisme …

Posted in Actualités et politique on 26 septembre 2007 by Léon Roumagnac

 

La Terre possède un magnétisme constant ; la preuve en est donné par la position, toujours la même, que prend une aiguille aimantée, très légère, posée sur un morceau de liège qui flotte sur l’eau d’une cuvette : une des pointes se dirige sensiblement vers le nord, l’autre vers le sud. Aussi, on donne le nom de pôle nord à l’extrémité d’un barreau aimanté quelconque qui se tourne vers le nord et le pôle sud à celle qui se tourne vers le sud. La direction constante que prennent les aimants, sous l’influence du magnétisme terrestre, a conduit à la construction des boussoles. Les plus simples sont des espèces de montres composées d’un écran horizontal divisé en parties correspondant aux 360 degrés de la circonférence ; au centre du cadran se trouve un pivot vertical sur la pointe duquel repose une légère aiguille aimantée. Quand la boussole est placée horizontalement, l’aiguille peut tourner en toute liberté sur le pivot : sa pointe nord, colorée en bleu, se dirige toujours vers le nord. On peut ainsi connaître à chaque instant la position exacte des quatre points cardinaux, et la boussole est un instrument parfait d’orientation. La boussole rend surtout service aux marins, qui, sur la mer, n’ont aucun point de repère pour se diriger. Sur chaque navire se trouve une grosse boussole, dite marine ; une ligne principale est tracée sur son cadran et coïncide avec l’axe du bâtiment. le capitaine ou le pilote savent quel angle doit former cette ligne avec la direction du nord, à tel ou tel moment. Or, l’aiguille indiquant toujours le nord, une simple lecture sur le cadran de la boussole fait connaître à chaque instant la valeur de l’angle formé ; s’il est trop grand ou trop petit, c’est que le navire a dévié dans sa marche ; on le remet sur la bonne route à l’aide du gouvernail….

Leçons d’Enseignement Scientifique, 1880-1890.

– Dire…

Posted in Santé et bien-être on 25 septembre 2007 by Léon Roumagnac

 

 Herbeumont-Semois247

La neige dit constamment :
" Je vais fondre, devenir torrent,
Et m’écouler vers la mer
Car je fais partie de l’océan ! "

RÛMÎ