François Tristan L’HERMITE  » Je surpris l’autre jour la Nymphe que j’adore ayant sur une jupe un peignoir seulement… »


La chaude déraison...

La négligence avantageuse

Je surpris l’autre jour la Nymphe que j’adore
Ayant sur une jupe un peignoir seulement,
Et la voyant ainsi, l’on eût dit proprement
Qu’il sortait de son lit une nouvelle Aurore.

Ses yeux que le sommeil abandonnait encore,
Ses cheveux autour d’elle errant confusément
Ne lièrent mon coeur que plus étroitement,
Ne firent qu’augmenter le feu qui me dévore.

Amour, si mon soleil brûle dès le matin,
Je ne puis espérer en mon cruel destin
De voir diminuer l’ardeur qui me tourmente.

Dieux ! quelle est la beauté qui cause ma langueur ?
Plus elle est négligée et plus elle est charmante,
Plus son poil est épars, plus il presse mon coeur.
François Tristan L’HERMITE,1601-1655.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :