Sénèque  » Tous ces déboires sont épargnés au sage, qui jamais ne nourrit sa vie ni d’espérances ni de crainte… »


Toi, soit lent, léger et doux....

 » Songe également à l’inépuisable source d’injures qu’offrent les différentes pratiques par lesquelles on menace notre vie, comme lorsqu’on suborne un délateur, qu’on nous intente une fausse accusation, qu’on excite contre nous la rancune des puissants, qu’on recourt en un mot à toutes les formes d’assassinat usités en état de paix civile. Autre injure fréquente : on nous arrache un profit ou une faveur longtemps convoitée, on nous frustre d’un héritage laborieusement capté, on nous fait perdre la profitable protection d’une grande maison. Tous ces déboires sont épargnés au sage, qui jamais ne nourrit sa vie ni d’espérances ni de crainte. Ajoute encore qu’on ne reçoit jamais une injure de sang-froid, qu’on en est au contraire toujours violemment troublé, et qu’il n’y a pas de trouble possible pour un homme que rien n’égare plus, qui se gouverne et jouit d’une tranquillité intérieure absolue. Car, si l’injure le touche, elle l’ébranle et elle l’irrite ; or le sage ignore la colère, qu’excite la pensée de l’injure, mais il n’ignorerait pas la colère s’il n’ignorait aussi l’injure, dont il s’est préservé. De là la fière allégresse de son cœur, de là la joie perpétuelle qui l’anime. Il est du reste si loin de céder aux chocs des choses et des hommes que l’injure lui en est profitable : elle lui permet de s’éprouver et de faire l’essai de sa vertu. Vénérons, je vous en conjure, une pareille disposition d’esprit, assistons l’âme et l’oreille recueillies à ce miracle du sage se dérobant à l’injure. Ce ne sera faire la part moins belle ni à vos propres emportements, ni à l’impétuosité de vos passions, ni au fol aveuglement de votre orgueil. Nous ne prétendons nullement vous dire de commettre l’injure : ce que nous voulons, c’est que le sage laisse passer toutes les injures sans vengeance et se défende uniquement par l’impassible sérénité de son âme. » Sénèque, Entretiens, Lettres à Lucilius, Extrait.
Lecture du lundi…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :