Isaac HABERT  » J’ai songé cette nuit, ô ma chère maîtresse, que je baisais ton sein, que je peignais ta tresse… »


la sagesse sereine...

Mon dieu ! que de plaisir il y a de songer !

Mon dieu ! que de plaisir il y a de songer !
J’ai songé cette nuit, ô ma chère maîtresse,
Que je baisais ton sein, que je peignais ta tresse,
Et qu’aux jeux amoureux je me sentais plonger.

Noire Nuit, tu devais cette nuit allonger,
Pour me faire jouir d’une si grand’ liesse.
Aurore, tu devais sommeiller en paresse
Auprès de ton vieillard, sans du lit déloger.

Flanc à flanc, bras à bras, sein à sein, bouche à bouche,
Mollement étendu dessus ta molle couche,
Dormant, il me semblait ton ventre rond presser.

Songe, ton faux me plaît, et ta douce mensonge,
Mais je voudrais trois mois songer ce même songe,
Et puis après, veillant, ma maîtresse embrasser…
Isaac HABERT,1560-1615

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :