Jean Ogier de GOMBAULT  » La saison nous appelle à mille nouveautez ; et la rosée est cheute, et la moisson est grande… »


Allons parmy les fleurs cueillir une guirlande

Allons parmy les fleurs cueillir une guirlande,
Afin d’en couronner la Reine des Beautez ;
Sois Venus, soit Phillis, à qui les Royautez
Vont indifferemment presenter leur offrande.

Les Graces, et l’Amour, seront de nostre bande ;
Les jeux, et les plaisirs suivront de tous costez :
La saison nous appelle à mille nouveautez ;
Et la rosée est cheute, et la moisson est grande.

Mais j’aperçois l’Amour, qui nous a prevenus,
Et qui cherche Phillis, qu’il prefere à Venus.
Amour, cruel Amour ! d’où vient que tu nous laisses ?

J’oy dans ta bouche un nom qui fait que je paslis.
Prens ta route où les fleurs seront les plus espaisses ;
C’est par là que sans doute aura passé Phillis.
Jean Ogier de GOMBAULD,1588-1666.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :