Marc de PAPILLON DE LASPHRISE  » Ha Dieu ! que j’ai de bien quand j’entends qu’elle dit d’une soufflante voix :  » Mon mignon, je suis morte ! « …


Ha Dieu ! que j’ai de bien alors que je baisotte

Ha Dieu ! que j’ai de bien alors que je baisotte
Ma jeune folion dedans un riche lit
Ha Dieu ! que j’ai de bien en ce plaisant conflit,
Perdant mon plus beau sang par une douce flotte.

Ha Dieu ! que j’ai de bien lorsque je la mignotte,
Lorsque je la chatouille, et lorsqu’elle me rit.
Ha Dieu ! que j’ai de bien quand j’entends qu’elle dit
D’une soufflante voix :  » Mon mignon, je suis morte !  »

Et quand je n’en puis plus, ha Dieu ! que j’ai de bien
De faire la moquette en m’ébattant pour rien.
Ha Dieu ! que j’ai de bien de pinçotter sa cuisse,

De lécher son beau sein, de mordre son tétault,
Ha Dieu ! que j’ai de bien en ce doux exercice,
Maniant l’honneur blond de son petit tonneau
Marc de PAPILLON DE LASPHRISE,1555-1599.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :