Cioran  » Formule sage, perfectionnée par chaque famille, et incomparablement plus humaine … »


 » Le bistrot est fréquenté par les vieillards qui habitent l’asile au bout du village. Ils sont là, un verre à la main, se regardant sans se parler. Un d’eux se met à raconter je ne sais quoi qui se voudrait rôle. Personne ne l’écoute, en tout cas personne ne rit. Tous ont trimé pendant de longues années pour en arriver là. Autrefois, dans les campagnes, on les aurait étouffés sous un oreiller. Formule sage, perfectionnée par chaque famille, et incomparablement plus humaine que celle de les rassembler, de les parquer, pour les guérir de l’ennui par la stupeur. » Cioran, De l’inconvénient d’être né, Extrait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :