Frédéric Nietzsche  » Si je vous arrachais vos voiles, vos chiffons, vos couleurs et vos gestes, il resterait de vous juste assez pour effrayer les oiseaux… »


Meyrals épouvantails 2014 (38)

« En vérité, vous ne pourriez porter un masque plus carnavalesque que votre propre visage, ô gens du présent. Qui est-ce qui pourrait vous reconnaître ? Vous êtes couverts des signes du passé ; et ces signes, vous les avez peinturlurés de nouveaux signes : ah ! que vous êtes bien cachés contre tous les interprètes ! Sût-on sonder les reins, qui croira que vous en avez encore des reins ? Vous êtes pétris de couleurs cuites et d’étiquettes collées les unes aux autres. Tous les temps et tous les peuples me regardent à travers vos voiles ; toutes les moeurs et toutes les croyances parlent par vos gestes. Si je vous arrachais vos voiles, vos chiffons, vos couleurs et vos gestes, il resterait de vous juste assez pour effrayer les oiseaux. En vérité, moi-même, je suis un oiseau effarouché, depuis le jour où je vous ai aperçus nus et sans couleur ; je me suis envolé quand vos squelettes m’ont fait des gestes d’amour. J’aimerai mieux être journalier dans le monde souterrain des ombres de jadis ! les ombres ont plus de muscles et de sang que vous. Vous dites : Nous sommes entièrement réels, sans foi et sans superstition : ainsi vous vous vantez, hélas ! hommes sans poitrine. Comment pourriez-vous croire, hommes bigarrés, vous qui êtes les peintures de tout ce qui a jamais été crus ! Vous êtes des réfutations ambulantes de la foi elle-même ; vous êtes le rhumatisme vivant de la pensée. Vous êtes des inféconds : c’est pour cela que vous manquez de foi. Celui qui doit créer a toujours ses rêves prophétiques et ses astres conducteurs, et croit à la foi ! Vous êtes des portes à demi ouvertes devant lesquelles attendent des fossoyeurs. Et votre réalité consiste à dire : » Tout ce qui vit mérite de périr ! « Frédéric Nietzsche.
Petite lecture du mardi.

http://www.les-crises.fr/poutine-autiste-et-gay/

« Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qu’il s’est passé dans le monde à leur époque. » Thomas JEFFERSON

14 Réponses to “Frédéric Nietzsche  » Si je vous arrachais vos voiles, vos chiffons, vos couleurs et vos gestes, il resterait de vous juste assez pour effrayer les oiseaux… »”

  1. Deschampt Sylvie Says:

    Et bien, ce n’était pas un adepte de la pensée positive ce triste F. Nietzsche!

  2. on est en route pour la grande guerre….

    « En France, il est assez clair que la population dort tandis que la guerre est déjà déclarée. La souveraineté n’est plus qu’un vague rêve auquel elle ne se risque plus du tout. Mais la bourgeoisie nationale dort elle aussi : ce qui est tout de même plus étonnant. Elle dort sur ses richesses, elle dort sur son patrimoine mobilier et immobilier. Elle dort sur l’argent qu’elle a placé un peu partout dans le monde, frauduleusement ou très honnêtement : si les choses tournent mal, elle rejoindra cet argent investi, ces villas qu’elle a acquises, qui au Maroc, qui ailleurs, ces enfants qui sont installés aux Etats-Unis, dans les émirats, etc… » lire la suite de l’article ici : http://www.mondialisation.ca/en-route-pour-la-guerre-les-yeux-fermes/5430581

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :