Jin Ping Mei  » Loin, à perte de vue s’écoule le Sabre vers le couchant au nuage solitaire…. »


Loin, à perte de vue s’écoule le Sabre
Vers le couchant au nuage solitaire.
Il faut perdre mes larmes dans la nuit claire,
Sans message à confier à l’oie sauvage :
Mille lieues à franchir pour lui parvenir !
Le cœur désolé, j’erre, à n’en plus finir.
Vastes océans, ciel immense : cage
De mon tourment. Par qui te dire mon retour ?
Jin Ping Mei.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :