Histoire : C’est seulement sous le règne de Charles IX que l’année civile commencera au 1er janvier…


CharlesIX

C’est seulement sous le règne de Charles IX que l’année civile commencera au 1er janvier, c’est l’ordonnance de Roussillon de 1563. Avant cette date tantôt l’année commençait au mois de mars ou à Pâques…. et même sous le roi Robert ( 996-1031) les deux systèmes relatifs au commencement de l’année civile étaient en vigueur. C’est avec l’introduction du calendrier Romain dans la Gaule que la coutume des étrennes s’établit, de toute manière le 1er janvier était pour eux une fête religieuse très importante. Ce jour là le grand chef des Druides coupait avec une faucille d’or le gui sacré. Pour les Gaulois, le gui de chêne était une plante sacrée. Il allaient en grande pompe le cueillir dans la nuit de la sixième lune après le solstice d’hiver, les Druides vêtus de tunique blanche le déposait dans un bassin d’or pour que le peuple le vénère…pendant longtemps, l’usage se conserva d’aller cueillir du gui de chêne au 1er janvier : on regardait ce gui comme un talisman….En Occitanie, jadis, les enfants allaient demander des étrennes au 1er janvier en criant : » Al gui ! Al gui ! l’an niau ! » – Au gui, au gui , l’an nouveau….souhaiter la bonne année aux familles riches ou puissantes en poussant ce cri. Le produit de toutes ces quêtes était destiné à des fêtes auxquelles tout le monde prenait part, duraient souvent plusieurs jours et souvent se terminaient en orgies…. Aujourd’hui on se contente à peine de souhaiter la bonne année à ces voisins en disant gaiement » Boui souhaiti une bouno onnado, acoumpagnado d’aoutros « – Je vous souhaite une bonne année accompagnée d’ autres. Il est aussi de nos jours la coutume de s’inviter à des festins entre amis et d’échanger des cadeaux. Ces divers usages sont des vestiges des anciennes coutumes des » auguilanneufs » d’usage druidique.

-Pourquoi le gui était sacré !… parce que il ya bien longtemps, les hommes étaient atteint d’une sorte de peste et un jour, c’est Edouard Shuré qui raconte, je cite : » Il (1)avait l’habitude de méditer sous un chêne, dans une clairière. Un soir qu’il avait longuement réfléchi sur les maux de sa race, il s’endormit au pied de l’arbre. Dans on sommeil il lui sembla qu’une voix forte l’appelait par son nom et il crut s’éveiller. Alors, il vit devant lui un homme d’une taille majestueuse, vêtu comme lui-même de la robe blanche des druides. Il portait une baguette autour de laquelle s’entrelaçait un serpent. Ram étonné allait demander à l’inconnu ce que cela voulait dire. Mais celui-ci prenant par la main le fit lever et lui montra sur l’arbre au pied duquel était couché une très belle branche de gui. « Ô Ram ! lui dit-il , le remède que tu cherches, le voilà. »…. »
(1) Rama, jeune druide doux et grave qui avait une aptitude singulière dans la connaissance des plantes…..

« « Voulons et ordonnons qu’en tous actes, registres, instruments, contracts, ordonnances,
édicts, tant patentes que missives, et toute escripture privé, l’année commence doresénavant
et soit comptée du premier jour de ce moys de janvier.
Donné à Roussillon, le neufiesme lour d’aoust, l’an de grace
mil cinq cens soixante-quatre. Et de notre règne de quatriesme.
Ainsi signé le Roy en son Conseil » article 39 de l’édit de Roussillon, dit aussi édit de Paris, de 1564.

Et vous, connaissez-vous les plantes ?..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :