Humour : un nouveau scandale dans l’agroalimentaire….


Cassoulet.cuit

C’est le journal la  » DECHE DU MIDI  » qui a signalé l’affaire dans son édition du 12 janvier 2015, je cite : « Choquée par l’attitude jugée désinvolte du groupe alimentaire, la chancellerie des Tasto Mounjetos du Comminges s’est portée partie civile dans cette affaire…. » lire la suite de l’article ici : http://ladechedumidi.com/2015/01/12/nouveau-scandale-dans-lagroalimentaire-des-traces-de-choucroute-decouvertes-dans-du-cassoulet/

« Le cassoulet (de l’occitan caçolet) est une spécialité régionale du Languedoc, à base de haricots secs généralement blancs et de viande. À son origine, il était à base de fèves. Le cassoulet tient son nom de la cassole en terre cuite émaillée fabriquée à Issel.
La légende, rapportée par Prosper Montagné, place l’origine du cassoulet dans la ville de Castelnaudary, durant la guerre de Cent Ans (1337-1453). Durant le siège de Castelnaudary par les Anglais, les assiégés affamés auraient réuni tous les vivres disponibles (haricots secs et viandes) pour confectionner un gigantesque ragoût ou estofat pour revigorer les combattants. Ceux-ci purent alors chasser les Anglais et libérer la ville. Cette légende qui conforte le sentiment nationaliste et fait du cassoulet un défenseur des valeurs françaises ne résiste cependant pas vraiment à l’analyse. Certes la ville de Castelnaudary a grandement souffert pendant la guerre de Cent Ans. Elle fut d’ailleurs partiellement brûlée par les troupes du Prince Noir le 31 octobre 1355. Cette légende reflète ainsi le désir de prendre une revanche sur l’histoire. D’autre part, les haricots, originaires du continent sud-américain, n’ont été introduits en Europe que beaucoup plus tard (XVIe siècle), il s’agit donc plus probablement de fèves ou de doliques (moujette ou mounjette en occitan)2 qui étaient consommées à l’époque en ragoût….. » lire la suite de l’article ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cassoulet

N’oublions pas que le cassoulet est un plat traditionnel national qui au départ est une terrible arme de guerre contre les Anglais…Sa large base est un ragoût de haricots blancs longuement mijoté pour être fondant en bouche, tous le secret de ce plat et donc sa réussite…. Dans ce ragoût sont ajoutés, suivant votre palais, du confit d’oie ou de canard, du lard, de la couenne, du jarret de porc, de la saucisse de Toulouse, de l’agneau, etc… Et si vous êtes vraiment gourmands il doit être recouvert de chapelure avec une légère couche de la graisse de foie de canard confit qu’il rend dans sa terrine, passer au four, briser de nouveau la croute et recommencer, chapelure puis graisse, trois fois au minimum… après vous pourrez le servir à table accompagné d’un bon vin de la région…Moi, je suis volontaire pour boire quelques verres de Marcillac…

 » Un cassoulet sans vin, c’est comme un curé sans latin. » Pierre Desproges.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcillac_(AOC)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :