Une dictée classe de cinquième :  » L a boutique du père Clément… »


Le Neyrac_septembre2012 033

 » Nos parents, à Julien et à moi, nous donnaient deux sous à chacun les jours de sortie…Ces deux sous étaient dépensés d’ordinaire à la boutique du père Clément. Installée dans le jardin du Luxembourg, ce n’était qu’une petite baraque de bois peinte en vert, exactement de la couleur des bancs. Le père Clément, en tablier bleu, vendait des billes, des hannetons, des toupies, du coco, des bâtons de sucre à la menthe, à la pomme ou à la cerise, des cordonnets de réglisse enroulés sur eux-mêmes à la façon des ressorts de montre, des tubes de verre emplis de grains à l’anis blancs et roses, maintenus à chaque extrémité par de l’ouate rose et par un bouchon. Les grains d’anis n’étaient pas fameux, mais le tube, une fois vide, pouvait servir de sarbacane. C’est comme les petites bouteilles qui portaient ces étiquettes : cassis, anisette, curaçao et qu’on n’achetait guère que pour le plaisir, ensuite, de se les suspendre à la lèvre comme des ventouses ou des sangsues. Julien et moi d’ordinaire partagions nos emplettes ; aussi l’un n’achetait-il jamais rien sans consulter l’autre. » André Gide. Session année 1961.

Une Réponse to “Une dictée classe de cinquième :  » L a boutique du père Clément… »”

  1. c ‘ était la vie simple

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :