Le solstice d’hiver est le signal du retour de la phase ascendante du Soleil….


C’est le solstice d’hiver qui ouvre la phase ascendante du cycle annuel. Le symbolisme gréco-latin nous rappelle que Janus possède deux faces ( les deux portes solsticiales : celle de l’hiver est la phase lumineuse). Ainsi, le solstice d’hiver est le signe de la renaissance, de la gestation… Pour tous ceux qui ont souffert pendant cette période d’automne ; c’est fini (2)…. La nature se réveille, le feu revient. Après les deux Saturnales édulcorées : un reliquat de certaines cultures qui associaient le solstice d’hiver à des festivités diverses et variées, nous retrouverons intégralement notre puissance énergétique…

Car Noël, comme nous le savons vient du latin Natalis (dies), c’est le jour de la natalité. En fait il représente la renaissance du Sol « invictus » (le Soleil invaincu). Cette fête avait lieu précisément le jour du solstice d’hiver car c’est bien à partir de cette date que les jours rallongent donc le soleil renaît…
« Sol Invictus (latin pour « Soleil invaincu ») est une divinité solaire apparue dans l’Empire romain au IIIe siècle. Elle reprend des aspects de la mythologie d’Apollon et du culte de Mithra, connaissant une grande popularité dans l’armée romaine.
L’empereur Aurélien (270-275) lui assure une place officielle à Rome en proclamant que le Soleil invaincu est le patron principal de l’Empire romain et en faisant du 25 décembre (au solstice d’hiver qui tombait alors le 25 décembre, l’équinoxe de printemps ayant été fixé au 25 mars avant la modification du concile de Nicée) une fête officielle (dies natalis solis inuicti). Un temple est dédié au Soleil au Champ de Mars, et orné du butin rapporté de Palmyre ; ce temple est servi par un nouveau collège de prêtres, les pontifices Solis.Un de ses successeurs, Constantin Ier, fut au début de son règne adepte du Soleil invaincu, comme en témoignent ses émissions monétaires.On considère souvent que les chrétiens de Rome imitèrent ce culte en faisant du 25 décembre la fête de Noël… »Sources Wikipédia.

Seasons fr

Cette année, le solstice d’hiver c’est le 21 décembre 2014 à 23 heures 3 minutes 1 seconde …C’est juste à ce moment là que Monsieur Hiver arrive !…. Les Germains avec les Romains avaient pris l’habitude de le fêter par des Saturnales la renaissance du Soleil…Mais cette fête fut de suite « récupérée » par les Papistes car comme l’indique leur religion solaire la naissance du petit Jésus est le « Christ Soleil » au 25 décembre… Comme dit ma voisine : » Fêtons le Soleil et la naissance du Christ en un même temps, ne chipotons pas sur ce fait car l’amour du prochain n’est-il pas ce que nous démontre depuis la création du monde le plus grand des Mages notre Soleil… » Toutefois il est à noter que le siège de la plus puissante organisation religieuse du monde est implanté sur un haut lieu de sacrifices humains(3) :
« Le VATICAN est devenu le centre religion de l’âge des poissons quand le soleil est entré dans cette constellation il y a 2000 ans circa en suivant la précession des équinoxes depuis le plateau égyptien de Gizeh où il y a le SPHINX (Lion) et les pyramides. Comme les anciens égyptiens, toute la symbolique est astrologique et astronomique, la ville de ROME est alignée avec les autres sites dans une construction du ciel sur la terre. Depuis le ciel, la place Saint-Pierre représente un Zodiaque avec les 4 saisons…. » lire la suite de l’article ici : http://secretebase.free.fr/religions/vatican/vatican.htm

Pyramide Kheops

» Tu te lèves beau dans l’horizon du ciel,
Soleil vivant, qui vis depuis l’origine.
Tu resplendis dans l’horizon de l’est,
Tu as rempli tout pays de ta beauté.
Tu es beau, grand, brillant. Tu t’élèves au-dessus de tout pays.
Tes rayons embrassent les pays, jusqu’aux confins de ta création.
Toi qui es Rê, tu les soumets tout entiers,
Les liant tous pour ton fils aimé.
Tu es loin, mais tes rayons sont sur la terre.
Tu es sur le rivage des hommes, et l’on ne connaît pas tes venues.
Quand tu reposes à l’Occident, sous l’horizon,
La terre est dans une ombre, semblable à celle de la mort…
A l’aube, tu resplendis dans l’horizon, tu illumines, toi le soleil;
Dans le jour, tu chasses le noir lorsque tu donnes tes rayons.
Les deux pays s’éveillent en fête, les hommes se lèvent sur leurs pieds,
A cause de toi, ils lavent leur corps, prennent leurs vêtements;
Leurs bras s’ouvrent pour adorer ton lever,
La terre entière fait son ouvrage…
Tu développes le germe dans les femmes
Et de la semence fais des hommes,
Entretenant le fils dans le sein de sa mère,
Et l’apaisant pour qu’il ne pleure pas;
Nourrice dans le sein,
Tu donnes à ce que tu crées le souffle qui l’anime.
Quand l’enfant sort du sein… le jours de sa naissance,
Tu ouvres sa bouche et tu pourvois à ses besoins…
Combien nombreuses sont tes oeuvres, mystérieuses à nos yeux!
Seul dieu, toi qui n’as pas de semblable,
Tu as créé la terre selon ton coeur, alors que tu étais seul,
Les hommes, toutes les bêtes domestiques et sauvages,
Tout ce qui est sur la terre et marche sur ses pieds,
Tout ce qui est dans le ciel et vole de ses ailes;
Les pays étrangers, Syrie et Nubie, et la terre d’Égypte,
Tu as mis chaque homme à sa place
Et tu pourvois à leurs besoins.
A chacun sa provende et son temps de vie.
Leurs langues sont diverses en paroles,
Leurs caractères aussi et leurs teint diffère;
Tu as distingué les contrées.
Tu crées le Nil débordant des Enfers et le fais surgir par amour
Pour que vivent les habitants, puisque tu les as faits pour toi,
Tous les pays les plus lointains, tu les fais vivre,
Tu leur as donné un Nil qui déborde du ciel
Pour descendre sur eux, battre les coteaux de ses ondées
Et arroser leurs champs entre leurs villages.
Tu es seul à resplendir sous tes aspects de soleil vivant;
Que tu apparaisses à peine ou que tu sois au comble de l’éclat,
Que tu sois loin ou te rapproches,
Tu as crée des millions de formes de toi seul,
Villes et villages, les champs, les chemins et le fleuve…
Les êtres de la terre se forment sous ta main comme tu les as voulus.
Tu resplendis, et ils vivent; tu te couches et ils meurent.
Toi, tu as la durée de la vie par toi-même, on vit de toi.
Les yeux sont sur ta beauté jusqu’à ce que tu te couches.
Depuis que tu as fondé la terre, tu les élèves pour ton fils,
Issu de ta chair, le roi des deux Égyptes. »
Akhenaton, Hymne au Soleil.

Bennu bird

« Avant Akhénaton, Aton était un dieu mineur dont l’existence est attestée dès le Moyen Empire. Au Nouvel Empire, Thoutmôsis III s’était placé sous sa protection et Amenhotep III, dont l’une des épithètes était « Rayonnement d’Aton », avait encouragé le culte du dieu.
En l’an IX de son règne, Akhénaton ira plus loin, dans une apparente radicalisation de sa réforme atonienne : il ordonne de détruire, dans les principales régions névralgiques du royaume, les images de culte des anciennes divinités, à l’exception notable de Rê, afin de mener à bien son « opération » magique, effaçant l’expression des principes anciens pour faire place à la fonction nouvelle qu’il incarnait. En martelant les noms des dieux, dans un système de croyances où le Verbe est créateur, il annule leur faculté de s’incarner et occulte leur influence. Il fait ainsi du Disque solaire le dieu universel, l’Unique « qui n’a pas son pareil », le démiurge qui répète son acte créateur à chaque lever du soleil. Pour souligner la royauté céleste d’Aton, le nom du dieu est inscrit dans des cartouches : il est « Rê-Horakhty qui se réjouit dans l’horizon », « Le Souverain (heka) des deux horizons ». On se trouve désormais en présence d’un monothéisme, véritable révolution religieuse dans l’Antiquité.
Le roi est l’image terrestre d’Aton, son « enfant parfait » ; avec la grande épouse royale, Néfertiti, il est le seul intermédiaire entre la divinité et les humains. À l’instar de la triade Amon – Mout – Khonsou, le couple royal forme avec Aton une triade divine adorée dans les demeures des hauts dignitaires. Le peuple quant à lui, perpétue dans une grande majorité les cultes privés traditionnels.
Le culte du dieu Aton est une des premières manifestations de la notion d’infini…. » Sources Wikipédia.

Temple of Bel, Palmyra 15

« Palmyre (en grec ancien Παλμύρα / Palmúra) est une oasis du désert de Syrie, à 210 km au nord-est de Damas. Son nom sémitique, attesté déjà dans les archives de Mari (XVIIIe siècle av. J.-C.), est Tadmor1 ou Tedmor2 (تدمر). C’est toujours son nom actuel… » lire la suite de l’article ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Palmyre

(1) L’oiseau Bénou d’Héliopolis (l’ancêtre du Phénix)…
(2)http://www.onnouscachetout.com/le-chlorure-de-magnesium
(3) La fin des Cathares…. http://youtu.be/rVUq3RVoqU0

Publicités

Une Réponse to “Le solstice d’hiver est le signal du retour de la phase ascendante du Soleil….”

  1. Un billet bien intéressant …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :