Ecologie simple : Les Insectes nuisibles…


1° Hanneton :

Le hanneton est, de tous les insectes, le plus nuisible à l’agriculture : on estime à 10 millions de francs, au moins, les pertes qu’il cause annuellement. Les hannetons sortent de terre au printemps, dès l’apprition des premières feuilles. Ils vivent sept ou huit jours, au bout desquels les femelles creusent dans les terrains meubles des trous profonds qu’une quinzaine de centimètres, et y déposent de 20 à 40 oeufs d’un blanc jaunâtre ; de ces oeufs sortent, en juillet, des larves ou vers blancs, qui s’engourdissent pendant l’hiver pour se réveiller au printemps suivant et s’attaquer aux racines des végétaux. Armés de fortes mandibules, ils causent des dégâts bien plus considérables que le hanneton à l’état parfait. Au commencement de l’hiver de la troisième année, ils s’enfoncent de 40 à 50 centimètres en terre, se transforment en nymphes ou chrysalides, pour devenir insectes parfaits au printemps suivant.L’insecte parfait s’attaque aux feuilles des arbres et les dévore. c’est pendant la nuit qu’il exerce ses ravages ; il reste immobile pendant le jour, accroché aux feuilles. L’agriculteur n’a que deux moyens pratiques pour diminuer les dégats des vers blancs : ramasser ceux-ci pendant les labours, ou recueillir les insectes à leur apparition. Le hannetonnage, ou chasse aux hannetons, est le moyen le plus efficace. parmi les ennemis du hanneton, et surtout du ver blanc, il faut citer : le hérisson, la taupe, l’engoulevent, le moineau, le corbeau.

2° Insectes s’attaquant aux céréales :

Charançons ou calandres – La larve du charançon, qui naît d’un oeuf déposé par l’insecte à l’intérieur du grain de blé, se nourrit de la farine et ne laisse que l’écorce. Pour s’en débarrasser, il faut tenir les greniers dans un grand état de propreté et conduire immédiatement au moulin le tas de blé suspect.

3° Taupin ou maréchal-ferrant :

Le taupin ou maréchal-ferrant est un petit insecte de couleur foncée ; sa larve reste cinq années en terre et ronge les racines du blé, de l’avoine, de l’orge.

4° Alucite :

Petit papillon gris aux ailes étroites et frangées. la femelle dépose ses oeufs dans la masse es tas de grains ou même dans les épis sur pied. Sa larve, comme celle du charançon, se nourrit de la farine.

5° Pucerons :

Ce sont de petits insectes au corps ovale et de couleur verdâtre qui déposent leurs oeufs sur les tiges et les bourgeois des végétaux. On en connaît de nombreuses espèces. Certaines variétés de pucerons souterrains s’attaquent aux racines du blé et de l’avoine.

6° Insectes des plantes potagères :

Bruches – Les bruches exercent de grands ravages sur les légumineuses. Leur larve vit dans les graines des plantes potagères : pois, lentilles, etc.

7° Piéride du chou :

Les chenilles de ce grand papillons aux ailes blanches tachées de noir sur les extrémités vivent en société sur le chou et les autres crucifères, qu’elles dévorent.

8° Courtilière :

La courtilière ou taupe-grillon est remarquable par la conformation de ses pattes antérieures qui rappellent celles de la taupe. Au printemps, les courtilières creusent des galeries dans le jardins potagers et coupent toutes les racines qui s’opposent à leur passage. Citons encore la forficule ou perce-oreilles, qui ronge les jeunes plantes et les fruits.

9° Insectes s’attaquant aux arbres :

Lucane – La larve du lucane ou cerf-volant vit pendant cinq ans dans de profondes galeries qu’elle se creuse dans le tronc des arbres.

10° Rhynchites :

Les rhynchites sont de petits coléoptères qui détruisent les bourgeons du poirier, du pommier, du bouleau.

11° Bombyx du chêne :

Les chenilles ce cet insecte causent des dégâts parfois importants sur les chênes de nos forêts, dont elles dévorent les feuilles.

12° Insectes de la vigne :

Les principaux sont, après le phylloxéra, l’altise qui cause également de grands ravages dans les potagers, la pyrale, la cochylis.

13° Insectes parasites des animaux :

Oestres – L’oestre du boeuf et l’oestre du cheval sont des mouches qui pondent leurs oeufs sur le corps des animaux. la larve de l’oestre du boeuf s’introduit dans les tissus de la peau et y détermine une tumeur sans danger ; celle de l’oestre du cheval pénètre dans la bouche, l’estomac et l’intestin où elle continue son développement ; elle est rejetée avec les excréments pour devenir un insecte parfait.

14° Taon :

Les taons sont de grosses mouches : le plus commun est le taon des boeufs, qui cause à ces animaux de douloureuses piqûres par où l’insecte aspire le sang.

15° Sauterelles :

La plus répandue en France est la sauterelle verte. Les sauterelles déposent leurs oeufs dans le sol, et se nourissent de toutes sortes de végétaux. la chaleur et la sécheresse favorisent leur dissémination. On protège les récoltes en les apergeant d’une solution faite à chaud de savon noir et d’huile de pétrole.

16° Guêpes :

Les guêpes vivent généralement en société composées de mâles, de femelles et de neutres( ouvrières) vivant dans des nids où elles construisent des rayons formés de matières végétales triturées. La mère dépose, dans les cellules de ces rayons, des oeufs, d’où sortiront des larves. Toutes les guêpes font le plus grand tort aux fruits.

17° Fourmis :

Les fourmis vivent également en sociétés composées de mâles ailés, d’une ou plusieurs femelles ailées, et d’un grand nombre d’ouvrières sans ailes. les fourmis se nourissent de matières liquides ou demi-liquides animales ou végétales ; elles sont trés friandes de matières sucrées et particulièrement des sécrétions de certains pucerons, qu’elles poursuivent avec acharnement. Leurs larves, improprement appelées oeufs de fourmis, sont nourries par les ouvrières qui les gorgent de liquides sucrés en leur donnant la becquée comme les oiseaux à leurs petits.

18° Chenille :

On donne le nom de chenilles aux larves des papillons. Très voraces, armées de forte mandibules, elles causent d’énormes pertes à la végétation. L’échenillage, rendu obligatoire pour les propriétaires ou fermiers, consiste dans la destruction au printemps des nides de chenilles qu’on trouve sur les arbres fruitiers, forestiers et sur les haies vives ; mais le destructeur par excellence des chenilles, c’est l’oiseau.
Leçons de Sciences Physiques et Naturelles avec leurs Applications.
Conformes à l’arrêté ministériel de 1897.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :