Mardi 25 novembre 2014  » A la Sainte Catherine tout bois prend racine…. »


« Multiplication des arbres fruitiers : la multiplication des arbres fruitiers se fait par semis, par bouturage, par marcottage et par greffage.

Semis : Lorsqu’on sème des pépins ou un noyau, on obtient un arbre appelé sauvageon, dont les fruits n’ont qu’une très faible valeur et ne rappellent presque jamais la variété qui a produit les pépins ou le noyau. le sauvageon est utilisé pour être greffé.

Bouturage et marcottage : La bouture est un rameau de l’année garni de bourgeons que l’on met en terre pour lui faire prendre racine ; le nouveau sujet conserve toutes les qualités du pied mère. le bouturage est surtout employé pour la vigne.

Le marcottage consiste à coucher un rameau en terre sans le détacher du pied mère ; la branche prend racine, et, détachée l’année suivante, elle donne naissance à un pied nouveau.

Greffage : Le greffage consiste à transporter sur un végétal, appelé sujet, un fragment de rameau ou greffon d’un autre arbre, dans des conditions telles que les deux parties puissent se souder, croître l’une sur l’autre et devenir un même arbre qui a toutes les qualités du greffon. On doit greffer, autant que possible, par un temps couvert et doux.

Différentes méthodes de greffage :

Greffe par approche : La greffe par approche a pour but de souder deux branches appartenant chacune à un arbre enraciné. Pour greffer par approche, on enlève un peu d’écorce et d’aubier de même surface sur chacun des végétaux ; on réunit les deux plaies de manière à faire coïncider les écorces le plus exactement possible et on ligature ; on évite le contact de l’air en couvrant les parties rapprochées d’un mastic spécial. On détachera l’une des branches ( le greffon ) du pied qui la porte quand la soudure sera complète. la greffe par approche est employée pour remplacer une branche qui manque sur un arbre de forme symétrique : palmette, cordon, etc.

Greffe en fente :

Pour greffer en fente, on coupe la tête de l’arbre, on fend légèrement le tronc, puis on introduit dans la fente un ou deux greffons pourvus de deux ou trois yeux et taillés en forme de lame de couteau, les écorces coïncidant parfaitement ; on lie et on recouvre de mastic. La greffe en fente est la plus employée ; elle s’applique plus spécialement aux arbres fruitiers à pépins.

Greffe en écusson :

La greffe en écusson se pratique sur les arbres fruitiers à noyau, sur les rosiers ; l’écusson est une plaque d’écorce prise sur un rameau de l’année pourvu, en son milieu, d’un oeil pris à l’aisselle d’une feuille et auquel adhère une très faible quantité d’aubier. On introduit l’écusson sous l’écorce du sujet préalablement incisé en forme de T, puis on ligature avec de la laine ou du coton.

Greffe en couronne : On greffe en couronne les arbres trop gros pour être fendus. Ce mode de greffage consiste à introduire les greffons entre l’écorce et le bois ; pour plus de facilité, on peut inciser l’écorce du sujet dans le sens vertical.

Greffe anglaise :

La greffe anglaise est employée pour la vigne ; le sujet et le greffon doivent être de même grosseur. on les taille l’un et l’autre en biseau et en sens opposé ; on pratique une légère entaille sur chacun des biseaux ; on introduit les deux biseaux l’un dans l’autre et on ligature.

Plantation :

La plantation qui donne les meilleurs résultats se fait à l’automne. On creuse un trou d’environ 0, 70 mètre en tous sens, dans lequel on place l’arbre après avoir sectionné nettement les racines brisées ou froissées par l’arrachage et le transport. On recouvre les racines, bien étalées, de terre meuble mélangée d’engrais décomposé, surtout azotés. On achève de combler et on piétine légèrement le sol disposé en forme de cuvette pour recevoir l’eau d’arrosage.

Taille :

La taille a pour but de donner aux arbres une forme symétrique et de régulariser la production des fruits, tout en augmentant leur volume et leur quantité : les arbres taillés donnent des récoltes plus régulières. La taille repose sur les principes suivants : Plus les feuilles sont abondantes, plus la végétation est active : il faut donc tailler court les rameaux dont on veut diminuer la vigueur ; et comme dans les branches verticales, la végétation est plus active, on relève les rameaux dans lesquels on veut activer la végétation ; plus la végétation est active dans les rameaux, moins ce rameau porte de fruits : c’est pourquoi on incline, on tord, on casse, l’extrémité des rameaux trop vigoureux. Les principales formes données aux arbres fruitiers sont : la palmette et le cordon, pour les arbres en espalier ; la pyramide, le fuseau, le cône, le vase, pour les arbres en plein vent.

Principaux arbres fruitiers :

Le poirier se greffe sur franc ( sauvageon), sur cognassier et sur aubépine. il demande un sol profond, frais sans être humide : la forme généralement adoptée est la pyramide. Variétés d’été : Bon Chrétien, William,Louise Bonne,Doyenné de juillet, Beurré Giffard ; variétés d’automne ou d’hiver : Bergamote, Doyenné d’hiver.

Pommier :

On greffe le pommier sur franc, sur doucin et sur paradis, variété obtenues par marcottage. le pommier préfère les sols argilo- sablonneux et réussit mal en terrain calcaire. les variété à cidre ont des fruits petits, acidulés er riches en tanin. Parmi les variétés à couteau, citons : la Rambour d’été, la Calville d’automne et la Reinette d’hiver.

Pêcher :

Le pêcher se greffe sur franc, sur amandier, sur prunier ; on le cultive en espalier en forme de palmette. Greffé sur amandier, il vit beaucoup plus longtemps.

Abricotier :

L’abricotier se multiplie par la greffe en écusson sur prunier, sur amandier, sur pêcher.

Prunier :

Le prunier se greffe sur des sujets de même espèce et se développe bien dans les terrains argilo-calcaires, un peu frais. On distingue les pruniers à fruits consommés frais : reine-claude, mirabelle, et les pruniers à fruits séchés ou pruneaux prunes d’Agen, quetsch.

Cerisier :

Le cerisier se greffe sur merisier et sur prunier Sainte-Lucie. Il redoute l’humidité et aime les terrains légers, siliceux, un peu calcaires. »

Leçons de Sciences Physiques et Naturelles avec leurs Applications.
En conformité de l’arrêté ministériel de 1897.

Nous le connaissons tous le fameux dicton « A la Sainte Catherine, tout bois prend racine »…. Toutefois planter tout et n’importe quand, qu’il vente ou qu’il neige, n’est pas la règle !… La grande sagesse demande d’observer quelques règles car votre plantation ne doit être effectuée que si la période exclut les gelées…Et pour une mise en terre réussie il est nécessaire d’arroser très copieusement et les nuits suivantes il ne faut point de gel !…Un tout petit secret de mon voisin au béret basque : » – Il faut casser deux bouteille en verres dont les débris seront mélangés à la terre pour éviter l’installation de certains rongeurs et autres fouisseurs… » Bonne plantation d’ arbustes aux fruits rouges…

Publicités

3 Réponses to “Mardi 25 novembre 2014  » A la Sainte Catherine tout bois prend racine…. »”

  1. J’ai planté un sureau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :