Victor HUGO  » Hier, le vent du soir, dont le souffle caresse, nous apportait l’odeur des fleurs qui s’ouvrent tard …. »


Hier au soir

Hier, le vent du soir, dont le souffle caresse,
Nous apportait l’odeur des fleurs qui s’ouvrent tard ;
La nuit tombait ; l’oiseau dormait dans l’ombre épaisse.
Le printemps embaumait, moins que votre jeunesse ;
Les astres rayonnaient, moins que votre regard.

Moi, je parlais tout bas. C’est l’heure solennelle
Où l’âme aime à chanter son hymne le plus doux.
Voyant la nuit si pure et vous voyant si belle,
J’ai dit aux astres d’or : Versez le ciel sur elle !
Et j’ai dit à vos yeux : Versez l’amour sur nous !
Victor HUGO,1802-1885.

Publicités

3 Réponses to “Victor HUGO  » Hier, le vent du soir, dont le souffle caresse, nous apportait l’odeur des fleurs qui s’ouvrent tard …. »”

  1. Albinoni n’aurait pas souhaité meilleure illustration ni meilleur commentaire

  2. oui c ‘ est un chant d ‘ amour à tous les niveaux ..c ‘ est beau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :