Développement durable : ces graines qui servent pour l’alimentation…


On appelle céréales, des végétaux dont les graines servent à l’alimentation de l’homme et des animaux domestiques.

1° Choix des semences :

Les grains de semences doivent provenir de la dernière récolte, être gros, bien mûrs, de couleur nette et brillante, et très propres. La propreté s’obtient au moyen du van ou mieux tarare, et la grosseur des grains, par le trieur, qui les classe suivant leur forme et leurs dimensions.

2° Blé, principales variétés :

On classe les différentes variétés de blé suivant l’époque des semailles ( blés d’hiver ou de printemps ) ; d’après la couleur ( blés roux, blés blancs ) ; d’après la présence ou l’absence de barbes ( blés barbus, blés sans barbes ) ; d’après la nature du grain ( blés tendres, blés durs ), etc. Parmi les nombreuses variétés, nous citerons les blés tendres à paille creuse : blé de Bordeaux, inversable ; le blé Dattel ; blé Chiddam ; blé de Saumur ; blé de Flandre ;

– les blés poulards : le blé du Gâtinais ; blé de Miracle, à paille grosse, forte, pleine dans le voisinage de l’épi, à grain court et renflé près du germe ;

– les blés à grains durs et allongés : blé de Pologne ;

– enfin les épeautres, à paille creuse, a grains aplatis, adhérents à la balle, à écorce très lisse ne donnant presque pas de son.

3° Culture :

Le blé demande une terre meuble, sans humidité ; il préfère les terres argilo-calcaires ou argilo-siliceuses. On prépare le sol par un ou deux labours, suivis de hersages et de roulages, à la suite d’une fumure composée de fumier de ferme et d’engrais phosphatés. Le blé se sème à l’automne ou au printemps, suivant les variétés, – à la volée, en employant 2 à 2 hl.1/2 par hectare, – ou en lignes, à l’aide du semoir ; dans ce dernier cas, on emploie que 1 hl à 1 hl.1/2. Le blé semé en lignes est enfoui à une profondeur régulière et tous les grains lèvent en même temps ; il est, en outre, moins sujet à la verse. Au printemps, on herse, si la terre a été durcie par les pluies ; on roule, si elle a été soulevée par les gelées, opérations qui favorisent le tallage. Si la plante a souffert pendant l’hiver, on ajoute, en couverture, une légère fumure d’engrais azotés. Enfin, vers le mois de mai ou de juin, on procède, par un temps sec, au sarclage, pour débarrasser le sol des chardons, coquelicots, moutarde, nielle, etc. Le rendement est d’environ 25 hectolitres par hectares.

4° Avoine :

Les principales variétés d’avoine sont : les avoines noires de Brie, de Coulommiers, de Hongrie ( avoine de printemps ) et les variétés d’hiver de Belgique et de Bretagne. L’avoine réussit bien dans les terres fraîches, amis elle craint les grands froids et les sécheresses de l’été ; elle se plaît dans les terres nouvellement défrichées et se sème à raison de 2 hl.1/2 à 3 hectolitres par hectare.

5° Orge :

Les meilleures variétés sont : l’orge carrée d’hiver, et l’orge Chevalier, la meilleure des variétés de printemps, très productive mais un peu exigeante et devant être semée de bonne heure, à raison de 2 à 2 hectolitres 1/2 par hectare. L’orge préfère les terres argilo-calcaires, très meubles, et fournit un rendement moyen de 18 à 20 hectolitres par hectare ; elle est surtout employée dans la fabrication de la bière.

6° Seigle :

Le seigle est une céréale rustique, qui réussit bien dans les terrains sablonneux et calcaires ; il se sème à raison de 2 hl. à 2 hl. 1/2 par hectare et produit en moyenne 15 à 20 hl.

7° Maïs :

Le maïs n’est cultivé pour son grain que dans le midi de la France ; il demande à la fois beaucoup de chaleur et d’humidité. dans le centre et le nord, il est cultivé comme plante fourragère et consommé en vert.

8° Sarrasin :

Le sarrasin , ou blé noir, est la céréale des pays pauvres à sol granitique. Il se sème en juin et se récolte en septembre-octobre. Les grains sont utilisés dans l’alimentation de l’homme, notamment en Bretagne ; mais, le plus souvent, il est donné en nourriture aux oiseaux de basse-cour. on le cultive comme engrais vert ; sa tige est très riche en potasse.

9° Maladies des céréales :

La plupart des maladies des céréales : carie, charbon, rouille, ergot, sont dues à des champignons microscopiques. La carie est spéciale au blé ; le grain carré ne contient qu’une poussière verdâtre d’une odeur désagréable. Le charbon est une poussière noire qui altère la fleur des céréales et arrête le développement du grain. La rouille, qui attaque plus particulièrement les céréales versées, se manifeste par des taches rouges sur les feuilles ; celles-ci s’étiolent et le grain sèche. L’ergot est une maladie spéciale au seigle ; il transforme les grains atteints en un corps noirâtre, qui est un poison violent.

10° Chaulage, sulfatage :

Pour préserver les céréales de ces maladies, on a recours au chaulage et au sulfatage des semences ( aspersion des grains avec un lait de chaux ou du sulfate de cuivre ).

11° Moisson :

La moisson est la récolte des céréales ; elle se fait un peu avant maturité complète, pour éviter l’égrenage, et au moyen de la faucille, de la faux ou de la moissonneuse ; on lie en gerbes, que l’on met en petits tas appelés moyettes, si la pluie est à craindre, puis on le rentre, et enfin on procède au battage.

Leçons de Sciences Physiques et Naturelles avec leurs Applications.

Conformes à l’arrêté ministériel de 1897.

N.B. : – C’était le fameux temps sans la chimie ( sans pesticides et fongicides immortels…) qui aujourd’hui empoisonne toute la planète que pour faire du dividende…

https://mirabel81.wordpress.com/2011/11/24/jean-francois-berthelot-un-boulanger-paysan/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :