Cioran  » Le  » peuple « , on sait trop bien à quoi il est destiné : subir les évènements, et les fantaisies des gouvernants, en se prêtant à des desseins qui l’infirment et l’accablent… »


 » – Et le peuple ?  » dira-t-on. Le penseur ou l’historien qui emploie ce mot sans ironie se disqualifie. Le  » peuple « , on sait trop bien à quoi il est destiné : subir les évènements, et les fantaisies des gouvernants, en se prêtant à des desseins qui l’infirment et l’accablent. Toute expérience politique, si  » avancée  » fût-elle, se déroule à ses dépens, se dirige contre lui : il porte les stigmates de l’esclavage par arrêt divin ou diabolique. Inutile de s’apitoyer sur lui : sa cause est sans resssource. Nations et empires se forment par sa complaisance aux iniquités dont il est l’objet. Point de chef d’Etat, ni de conquérant qui ne le méprise ; mais il accepte ce mépris, et en vit. Cesserait-il d’être veule ou victime, fallirait-il à ses destinées, que la société s’évanouirait, et, avec elle, l’histoire tout court. Ne soyons pas trop optimistes : rien en lui ne permet d’envisager une si belle éventualité. Tel qu’il est, il représente une invitation au despotisme. Il supporte ses épreuves, parfois il les sollicite, et ne se révolte contre elles que pour courir vers de nouvelles, plus atroces que les anciennes. La révolution étant son seul luxe, il s’y précipite, non pas tant pour en retirer quelques bénéfices ou améliorer son sort, que pour acquérir lui aussi le droit d’être insolent, avantage qui le console de ses déconvenues habituelles, mais qu’il perd aussitôt qu’on abolit les privilèges du désordre. Aucun régime n’assurant son salut, il s’accommode de tous et d’aucun. Et depuis le Déluge jusqu’au Jugement, tout ce à quoi il peut prétendre, c’est de remplir honnêtement sa mission de vaincu… »Cioran, Histoire et Utopie, L’école des Tyrans.

http://www.karmapolis.be/pipeline/empire_des_dragons_noirs.htm
http://www.antonparks.com/main.php?page=eden
http://www.karmapolis.be/pipeline/interview_lash.htm
http://www.davidicke.com/
http://www.karmapolis.be/pipeline/analyse_comparative_lash.htm

Publicités

5 Réponses to “Cioran  » Le  » peuple « , on sait trop bien à quoi il est destiné : subir les évènements, et les fantaisies des gouvernants, en se prêtant à des desseins qui l’infirment et l’accablent… »”

  1. Le peuple ne s’accommode pas forcément ! il élit ses représentants….. qui ne sont jamais les bons, hélas !!!

    • il faut tout reprendre à la source et ne pas commettre les mêmes erreurs, les premiers seront les derniers déjà il y aura moins de charognards….comme disait Victor Serge : » Le fétichisme de la légalité fut et reste un des traits les plus marquants du socialisme acquis à la collaboration des classes. Il implique la croyance en la possibilité de transformer l’ordre capitaliste sans entrer en conflit avec ses privilégiés. Mais plutôt que l’indice d’une candeur peu compatible avec la mentalité des politiciens, c’est celui de la corruption des leaders. Installés dans une société qu’ils feignent de combattre, ils recommandent le respect des règles du jeu. La classe ouvrière, elle, ne peut respecter la légalité bourgeoise qu’à la condition d’ignorer le rôle véritable de l’État, le caractère trompeur de la démocratie ; bref, les premiers principes de la lutte des classes. »

    • c’est pour ça qu’il vaut mieux le tirage au sort qu’une nomenklatura….qui se partage le « fromage » dit républicain…

      https://mirabel81.wordpress.com/2014/10/26/eliphas-levi-ce-sont-les-sots-qui-tuent-les-hommes-de-genie/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :