Une dictée classe de cinquième  » Ma maison… »


 » Un peuple d’hirondelles sans cesse tournoyait autour de la maison, leurs nids d’argile s’abritaient sous le rebord des toits, dans l’embrasure des fenêtres, d’où l’on pouvait surveiller les couvées.
Quand je pense à La Roque, c’est d’abord leurs cris que j’entends ; on eût dit que l’azur se déchirait à leur passage. J’ai souvent revu ailleurs des hirondelles : mais jamais, nulle part ailleurs, je ne les ai entendues crier comme ici ; je crois qu’elles criaient ainsi en repassant à chaque tour devant leurs nids.
Parfois, elles volaient si haut que l’œil s’éblouissait à les suivre, car s’était dans les beaux jours ; et quand le temps changeait, leur vol s’abaissait barométriquement. Ma tante m’expliquait que, suivant la pesanteur de l’air, volent plus ou moins haut, les menus insectes que leur course poursuit. Il arrivait qu’elles passassent si près de l’eau qu’un coup d’aile hardi parfois en tranchait la surface. – Il va faire de l’orage, disaient alors ma mère et Anna.  » André GIDE, Si le grain ne meurt, extrait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :