Archive pour 15 mai 2013

Charles GUÉRIN  » D’un baiser délicat tu m’ouvres la paupière …… »

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Musique, Santé et bien-être on 15 mai 2013 by Léon Roumagnac

L’amour nous fait trembler comme un jeune feuillage

L’amour nous fait trembler comme un jeune feuillage,
Car chacun de nous deux a peur du même instant.
 » Mon bien-aimé, dis-tu très bas, je t’aime tant…
Laisse… Ferme les yeux… Ne parle pas… Sois sage…

Je te devine proche au feu de ton visage.
Ma tempe en fièvre bat contre ton coeur battant.
Et, le cou dans tes bras, je frissonne en sentant
Ta gorge nue et sa fraîcheur de coquillage.

Ecoute au gré du vent la glycine frémir.
C’est le soir ; il est doux d’être seuls sur la terre,
L’un à l’autre, muets et faibles de désir.

D’un baiser délicat tu m’ouvres la paupière ;
Je te vois, et, confuse, avec un long soupir,
Tu souris dans l’attente heureuse du mystère.
Charles GUÉRIN,1873-1907.

Publicités

Nathalie Mulero Fougeras, artiste peintre…..

Posted in Divertissement, Hobbies, Musique, Santé et bien-être on 15 mai 2013 by Léon Roumagnac

JeanClaude Desplanques, artiste peintre….

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Santé et bien-être on 15 mai 2013 by Léon Roumagnac

Rinaldo Escudeiro, artiste peintre…..

Posted in Divertissement, Hobbies, Musique, Santé et bien-être, Voyages on 15 mai 2013 by Léon Roumagnac

Andrey Podshivalov, artiste peintre…..

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Musique, Santé et bien-être, Voyages on 15 mai 2013 by Léon Roumagnac

Mary Dipnall, artiste peintre…..

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Musique, Santé et bien-être on 15 mai 2013 by Léon Roumagnac

François FABIÉ  » Berger d’abeilles…. »

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Divertissement, Hobbies, Livres, Santé et bien-être with tags on 15 mai 2013 by Léon Roumagnac

Le vélo de Léon équipé pour la chasse des Reines...

Berger d’abeilles

Le doux titre et l’emploi charmant :
Être, en juin, un berger d’abeilles,
Lorsque les prés sont des corbeilles
Et les champs des mers de froment ;

Quand les faucheurs sur les enclumes
Martèlent la faux au son clair,
Et que les oisillons dans l’air
Font bouffer leurs premières plumes !

Berger d’abeilles, je le fus,
A huit ans, la-bas, chez mon père,
Lorsque son vieux rucher prospère
Chantait sous ses poiriers touffus.

Quel bonheur de manquer l’école
Que l’été transforme en prison,
De se rouler dans le gazon,
Ou de suivre l’essaim qui vole,

En lui disant sur un ton doux
Pour qu’il s’arrête aux branches basses :
 » Posez-vous, car vous êtes lasses ;
Belles abeilles, posez-vous !

 » Nous avons des ruches nouvelles
Faites d’un bois qui vous plaira ;
La sauge les parfumera :
Posez-vous, abeilles, mes belles ! « 

Et les abeilles se posaient
En une énorme grappe grise
Que berçait mollement la brise
Dans les rameaux qui bruissaient.

 » Père ! criais-je, père ! arrive !
Un essaim !  » Et l’on préparait
La ruche neuve où sans regret
La tribu demeurait captive.

Puis, sur le soir, lorsque, à pas lents,
Du fond des pâtures lointaines
Les troupeaux revenaient bêlants
Vers l’étable et vers les fontaines,

Je retrouvais mon père au seuil
Comptant ses bêtes caressantes,
Et lui disais avec orgueil :
 » Toutes les miennes sont présentes ! « 

Le doux titre et l’emploi charmant :
Être, en juin, un berger d’abeilles,
Lorsque les prés sont des corbeilles
Et les champs des mers de froment !
François FABIÉ,1846-1928.

(1) La bicyclette équipée pour la chasse aux Reines….