Archive pour 12 mai 2013

ALBERTO BARROS, GRUPO NICHE , …  » Salsa, etc…… »

Posted in Divertissement, Hobbies, Musique, Santé et bien-être with tags on 12 mai 2013 by Léon Roumagnac

; Ce soir, je vous invite à écouter Alberto BARROS,Grupo Niche, etc  » …Montez le son et surtout les basses malgré votre voisin ou voisine référents ( à tête de fouine) et donnez toute liberté à votre imaginaire…De plus, vous pouvez accompagner cette musique d’un cocktail qui est le meilleur pour vous donner la joie de vivre et le plaisir de danser la salsa.

 » – La piña colada (de l’espagnol signifiant littéralement « ananas pressé ») est un cocktail à base de rhum, de jus d’ananas et lait de coco.
La piña colada a été inventée avant 1954, à Porto Rico où elle a été déclarée boisson nationale en 1974.
Ramon « Monchito » Marrero, barman à l’Hôtel Caribe Hilton à Porto Rico prétend l’avoir inventée le 15 août 1954 après avoir perfectionné la recette pendant trois mois. Selon un autre bar des vieux faubourgs de San Juan, c’est chez eux qu’elle a été inventée.
Ricardo Luis Malave Gracía (surnommé « El Juego »), un barman espagnol né à Barcelone en 1914, prétend également l’avoir inventée et transmis sa recette aux porto-ricains. Il habite maintenant dans un ranch en Floride…. »

« …..La première mention de la recette apparaît dans le New York Times du 16 avril 1950.
On trouve une référence au nom « piña colada » (dans le sens d’ananas pressé) dans TRAVEL Magazine de décembre 1922.
Une bonne Piña Colada se prépare avec de la crème de coco et non pas du lait de coco, qui sont deux produits très différents.

Ce cocktail est réalisable si on suit les quatre étapes suivantes (mettre ces doses d’alcool dans le verre dans l’ordre) :
4 cl de rhum blanc
2 cl de rhum ambré
12 cl de jus d’ananas
4 cl de crème de coco. » Sources Wikipédia.

Bonne soirée à toutes et à tous !… abusez des bonnes choses comme de la piña colada et de l’amour aussi…

Météo du Bas-Quercy :

13°

HIGH 15°CHIGH 15°C
at 15:36
LOW 10°CLOW 10°C
at 06:24
Wind
N 2 km/hN 2 km/h
High Gust 29 km/h at 13:21
Humidity
85%85%
Feels Like 13°C
Rain
1.4mm1.4mm
Seasonal Total 388.0mm
Barometer
1024.2hPa1024.2hPa
Steady

Publicités

Et si parlait aussi d’Ata……

Posted in Actualités et politique, Au comptoir., Hobbies, Livres, Santé et bien-être, Voyages with tags on 12 mai 2013 by Léon Roumagnac

« Les analyses ADN ont enfin parlé ! Et le mystère s’épaissit malgré tout, même si des réponses ont été apportées… xD En fait, Ata serait bel et bien humain. Les analyses ont révélé que son ADN contenait 23 paires de chromosomes, comme celui de n’importe quel humain sur notre planète. Enfin, les scientifiques précisent qu’Ata possède une partie du génome humain… Mais pas la totalité ! Mais pour ceux qui avançaient l’hypothèse qu’il était un fœtus mort, ils vont tomber de haut ! Selon les analyses, Ata aurait vécu jusqu’à l’âge de 5 ou 6 ans ! Les scientifiques ont même prouvé qu’il est du sexe masculin et que sa mère était vraisemblablement une indigène de la région du désert.
Mais le mystère reste entier sur le pourquoi de cette forme jamais vue auparavant. Garry Nolan, directeur du département des cellules souches à l’école de médecine de l’université de Stanford en Californie, considère Ata comme un mystère : comment un être humain de cette taille aurait pu vivre aussi vieux et quelle taille faisait-il à sa naissance ? Les scientifiques chargés de l’analyse affirment qu’il n’y a eu aucune mutation… Ata serait donc un être moitié humain, moitié autre chose ?… » lire la suite de l’article ici : http://dailygeekshow.com/2013/05/08/ladn-data-extraterrestre-humanoide-decouvert-au-chili-vient-detre-analyse/

http://www.openminds.tv/background-of-ufo-documentary-humanoid-alien-revealed-964/

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/05/10/alien-le-minuscule-squelette-qui-a-affole-les-ufologues/

 » Voici les preuves de cette assertion : S’agit-il de l’Egypte ? Platon, initié à ses mystères, a beau nous dire que dix mille ans avant Menès a existé une civilisation complète, dont il a eu la preuve sous les yeux ; Hérodote a beau nous affirmer le même fait tout en ajoutant, lorsqu’il s’agit d’Osiris ( Dieu de l’ancienne Synthèse et de l’ancienne Alliance Universelle ), que des serments scellent ses lèvres et qu’il tremble de dire mot ; Diodore a beau nous certifier qu’il tient des prêtres d’Egypte que, bien avant Menès, ils sont les preuves d’un état social complet, ayant duré jusqu’à Horus dix-huit-mille ans ; Manethon, prêtre égyptien, a beau nous tracer, rien qu’à partir du seul Menès, une chronologie consciencieuse nous reportant six mille-huit-cent quatre-vingt-trois ans en arrière de la présente année ; il a beau nous prévenir qu’avant ce souverain vice-roi indien plusieurs cycles immenses de civilisation s’étaient succédé sur la terre et en Egypte même ; tous ces augustes témoignages, auxquels on peut ajouter ceux de Bérose et de toutes les bibliothèques de l’Inde, du Tibet et de la Chine, sont nuls et non avenus pour le déplorable esprit de sectarisme et d’obscurantisme qui prend le masque de la Théologie. »Saint-Yves d’Alveydre.

http://artivision.pagesperso-orange.fr/docs/archeologiecensure.html

Actuellement les découvertes de ruines de ces immenses villes de plus de cinquante kilomètres de longueur au Mexique, même par une étude superficielle, permettront de constater et de prouver la présence de plusieurs cycles de civilisation avant les Mayas….

http://www.karmapolis.be/pipeline/theses_interdites.htm

http://www.karmapolis.be/pipeline/retrospective_gris.htm

« Car il faut se souvenir que l’histoire allégorique de ces temps écoulés, écrite dans un autre esprit que l’histoire positive qui lui a succédé, ne lui ressemblait en aucune manière et que c’est pour les avoir confondues qu’on est tombé dans de si graves erreurs… » Fabre d’Olivet.

http://www.karmapolis.be/pipeline/interview_kerner.htm

http://www.antonparks.com/main.php?page=atlantis_mu

http://www.antonparks.com/main.php?page=eden

De la corrida ou la fameuse liberté culturelle….

Posted in Actualités et politique, Aliments et boissons, Au comptoir., Hobbies, Livres, Organisations, Santé et bien-être, Voyages with tags on 12 mai 2013 by Léon Roumagnac

Empereur Romain

« Ils étaient 4.000 à 5.000 selon les organisateurs, 1.200 selon la police, a battre le pavé samedi après-midi dans le centre ville d’Alès (Gard) pour dénoncer la barbarie des corridas, alors que devait se tenir la première des trois corridas de la Féria de la cité cévenole. Certains sont même venus de Barcelone (Espagne), d’autres d’Italie…. » lire la suite de l’article ici : http://www.leparisien.fr/societe/anti-corridas-moins-d-un-millier-de-manifestants-ce-samedi-a-ales-11-05-2013-2794843.php

http://www.dna.fr/actualite/2013/05/11/vaste-manifestation-anti-corrida-dans-le-centre-ville-d-ales

« …La corrida est légitimée au niveau constitutionnel, elle est gravée dans le marbre constitutionnel », a de son côté salué Me Guillaume François, avocat de l’Union des villes taurines de France (UVTF). « Le Conseil constitutionnel vient de dire qu’elle a le droit de vivre, comme toutes les cultures minoritaires ». « Cette décision est une excellente nouvelle. Le Conseil constitutionnel garantit les libertés culturelles et valide l’exception culturelle. Cela veut dire que la liberté culturelle est autorisée en France », a pour sa part déclaré André Viard, président de l’Observatoire national des cultures taurines (ONCT)…. » lire la suite de l’article ici : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/09/21/97001-20120921FILWWW00383-la-corrida-jugee-conforme-a-la-constitution.php

 » Même au gouvernement, le sujet est loin de faire l’unanimité. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, clamait dans une interview, il y a quelques mois, son amour pour la tauromachie… » lire la suite de l’article ici : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/corrida-bain-de-sang-public-ou-gloire-supreme_1164462.html ainsi le Conseil Constitutionnel a répondu aux questions sur l’abattage rituel sans en dire un seul mot…

 » …Michel Vauzelle, président de la région Provence-Alpes-Côte d’azur, déclare que « ceux qui s’en prennent à la corrida et à la course camarguaise, s’en prennent à la liberté » Il appelle les pouvoirs publics à protéger la tauromachie » et impose comme un devoir « de respecter des spécificités culturelles garantes de la diversité de notre société menacée par la standardisation. »….(1) Sources http://www.culturestaurines.com/observatoire_historique Il faut lire le texte de l’observatoire…

« C’est avec l’arrivée de l’impératrice Eugénie, d’origine espagnole, qu’apparaissent en France, à partir des années 1852-1853, les premières corridas à partir desquelles la vogue de ce spectacle va se développer dans le pays, jusqu’à l’implantation d’arènes à Paris, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889. » Source Wikipédia

Il est bien évident que si l’on interdisait les corridas il faudrait interdire le fameux abattage rituel car dans beaucoup d’abattoirs on égorge bien les animaux sans prendre soin de les assommer auparavant et il n’y a pas d’association qui demande l’ arbitrage des grands Sages et pour cause !… Et lorsqu’on va dans une arène on sait pourquoi on y va !… c’est pour le bain de sang public !.. Et pendant que l’on amuse le peuple avec ces soupapes (leurres…. )comme la Loi pour le mariage pour tous, etc., on va lui piller le reste de ses économies et piller ses comptes bancaires comme ils ont osé le faire à Chypre et maintenant cette option est à l’étude par la Commission européenne, ne parlons pas de l’augmentation de l’électricité par exemple….et l’élite l’a bien compris !(2)…Pendant ce temps-là ils peuvent asséner tous les coups aux citoyens….

« En 2007, l’industrie de l’élevage des taureaux de combat en Espagne a reçu 500 millions d’euros de subventions ; un article d’El Progresso est par exemple intitulé « Une part de nos impôts sert à financer ces pratiques. Chaque Galicien verse en moyenne 42 euros par an pour la tauromachie ». Ces subventions s’élèvent à près de 600 millions d’euros en 2008. Selon le site anti-corrida For a Bullfighting-Free Europe, relayant lui-même The Guardian du 12 mai 2008, une partie de cet argent provient de fonds européens destinés au financement des troupeaux. Selon le député européen britannique Paul Nuttall, l’Europe, y compris le Royaume-Uni, dépense chaque année environ 37 millions de livres sterling pour financer directement les corridas espagnoles…. » pour en savoir plus lire l’article ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Opposition_%C3%A0_la_corrida

(1)« Tout fonctionnaire ou officier public, tout agent du Gouvernement qui, à dater du jour de la publication de la présente loi, dressera, écrira ou souscrira, dans l’exercice de ses fonctions, des procès-verbaux, jugements, contrats ou autres actes généralement quelconques conçus en idiomes ou langues autres que la française, sera traduit devant le tribunal de police correctionnelle de sa résidence, condamné à six mois d’emprisonnement, et destitué » (Décret du 20 juillet 1794)

…c’était la période de la Terreur linguistique !…

Mais Altérité nous dit dans son commentaire : ” – Pourquoi ??? Elle n’existe plus cette période de Terreur Linguistique ??!!!!
… Que per ase se loga, per ase deu servi !!! “

Effectivement, quand on supprime une langue à un peuple ( 31 départements de la France) comme celle d’Occitanie après l’avoir massacré ..Cf. la Croisade contre les Cathares( Albigeois) on comprend pourquoi les Jacobins ”(2) l’on interdite pendant que Frédéric MISTRAL obtenait le Prix Nobel de Littérature en langue occitane…car c’est tout petit le royaume Franc !… D’ailleurs le françoys est devenu un sabir de derrière les poubelles en 2012 comme vous l’avait prédit J.Paul Guth dans sa fameuse lettre aux futurs illettrés …et subtilement la Commission Européenne a pratiquement supprimé le françoys comme langue principale sans que les élites s’en offusquent….
Il faut lire l’article infra pour voir l’ignorance de certains françoys toujours conquérants…
http://www.ladepeche.fr/article/2010/10/22/933164-l-occitan-interdit-au-village.html

“En France, l’occitan est considéré comme “langue régionale”. Avec ce statut, il peut (mais ne doit pas) être enseigné dans les établissements scolaires. Mais il faut savoir que l’administration est souvent hostile, et que les lois sont en plus ambiguës et contradictoires – notamment l’article 2 de la constitution modifié en 1992 pour y ajouter que seul le français est la langue de la République française. En dehors des cours optionnels de l’éducation nationale, tout le reste en France est développé sur des bases associatives ou privées (plus rarement).”

“En França, l’occitan es considerat coma “lenga regionala”. Amb aqueste estatut, pòt (mas deu pas) èsser ensenhat dins los establiments escolaris. Mas cal saber que l’administracion es sovent ostila, e que de mai las lei son ambigüas e contradictòrias – notadament l’article 2 de la constitucion modificat en 1992 per i apondre que sol lo francés es la lenga de la republica francesa. Tot çò mai es desvolopat sus de basis associativas o privadas (rare). ”
…la rédaction ambigüe des textes de lois en ce domaine prouve que le pouvoir central Jacobin (2) est contre l’emploi de cette langue…mais pour la corrida, c’est une tradition !…

(2)” L’écrivain François d’Epenoux décrit les bobos comme « les nouveaux maîtres de Paris, stars des gazettes et chouchous des pubards, leaders d’opinion et des dîners en ville, nouvelle volaille qui, comme dans la chanson de Souchon, fait l’opinion. [ … ] Ce sont quelques poignées de vrais bourgeois mais faux bohèmes, connus ou inconnus, fricotant dans la pub, la presse, la musique ou le cinéma, bref, dans des métiers bien, qui prônent leurs idées et prêchent leurs discours avec d’autant plus de légèreté mondaine qu’ils n’en subiront jamais les conséquences, planqués qu’ils sont dans leurs donjons bardés de digicodes. [ … ] Ce sont les nouveaux gardiens de la Pensée Unique qui déversent sur le moindre assaillant l’huile tiède d’une soupe idéologique ressassée, entre deux flèches trempées dans le fiel mortel de leurs propres erreurs ». Diverses parodies ou déclinaisons du terme ont ponctuellement été créées comme les « bonobos » (« bourgeois non bohèmes »)….” Sources Wikipédia
D’autre part si on consulte aussi les Carnets LV,1133 d’ Albert Camus on peut aussi y lire le commentaire suivant : ” Selon Melville, les rémoras, poissons des mers du Sud, nagent mal. C’est pourquoi leur seule chance d’avancer consiste à s’accrocher au dos d’un grand poisson. Ils plongent alors une sorte de tube jusque dans l’estomac d’un requin, y pompent leur nourriture, et se propagent sans rien faire en vivant de la chasse et des efforts du fauve. Ce sont les moeurs parisiennes.”… et rien n’a changé, les rémoras sont de plus en plus nombreuses et grasses, et pour cause, car c’est le temps de leur grande prolifération de l’espèce et toujours très volontaires pour porter le discours de l’Europe aux fins de supprimer toutes nos libertés fondamentales!…
…et quand on ose parler d’une société menacée de standardisation !…cherchez l’erreur… mais la corrida c’est la liberté culturelle…

« La vérité c’est comme la lumière, aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur. » Albert Camus,La chute, Extrait.

(3)Tricheries dans l’arène :
Si l’afeitado est la forme de fraude la plus répandue en dehors de l’arène, il en existe, ou en a existé, bien d’autres, qui peuvent avoir lieu dans l’arène. On peut citer par exemple l’usage de drogues (autrefois appelées « chocolat » dans le monde taurin), visant à calmer le taureau ou les chevaux des picadors. Ce peuvent être aussi des coups répétés assénés sur l’échine du taureau avant son entrée dans l’arène, de façon à l’affaiblir. De façon analogue, le président de l’ordre des vétérinaires espagnols dénonce en 1989 l’utilisation de sacs de sable, lancés « pour [écraser] la colonne vertébrale quelques heures à peine avant la corrida ».
Mais surtout, un certain nombre de pratiques de la part des picadors expliquent l’importance des blessures constatées sur le taureau post mortem, importance incompréhensible autrement. En effet, la pique, de 2,55 à 2,70 mètres au total, se termine par la puya, sorte de pyramide affûtée à la pierre à eau, comme un rasoir, mais ne mesurant que 1,9 cm de base sur 2,9 cm d’arête (selon le Reglamento Taurino Nacional14), et dont la hauteur est par conséquent de 2,7 cm.
Derrière cette pointe se trouve un « butoir », le tope, pièce de bois recouverte de corde encollée, de 3 cm de diamètre à sa base et de 6 cm de long, mais qui n’arrête rien et prolonge en fait la pointe (dont la longueur totale est par suite de 8,7 cm) jusqu’au « croisillon » d’acier (la cruceta). Les bras de cette cruceta sont cylindriques et mesurent chacun 5 cm de long, avec un diamètre de 8 mm14 ; ils sont perpendiculaires à la pique et bloquent en principe la pénétration de celle-ci à leur niveau. Les plaies causées par la pique devraient donc en théorie ne jamais excéder ces 8,7 cm. Or elles sont profondes de 20 cm en moyenne et peuvent atteindre jusqu’à 30 cm.
Cela est lié aux tricheries employées par les picadors, contraires à la tradition taurine, et d’ailleurs interdites par le Règlement taurin de l’UVTF pour plusieurs d’entre elles, désavouées par les vrais aficionados, mais jamais sanctionnées en pratique. Ces tricheries sont en particulier :
la technique du « marteau-piqueur » ou du « pompage » (en espagnol, mete y saca), mouvement d’aller-et-retour de la pique (jusqu’à plus de vingt fois pour une même insertion de pique) selon le principe du marteau-piqueur. Cette technique permet, par ces rapides attaques successives, de faire pénétrer la pique bien au-delà des 8,7 cm théoriques, en utilisant alors la cruceta pour comprimer la chair du taureau sous le poids du picador et pénétrer plus profondément. Outre la profondeur accrue de la blessure, ce mouvement de marteau-piqueur permet également de multiplier les trajectoires de l’arme : lors de l’application d’une seule pique, on a pu relever ainsi jusqu’à cinq trajectoires différentes10. La technique du « marteau-piqueur » n’est nommément interdite ni dans le règlement de l’UVTF, ni dans le règlement national espagnol ;
le barrenado, appelé « vrille » en français, technique consistant à utiliser la pique comme une sorte de tire-bouchon pour en accroître l’efficacité et les dégâts provoqués.
la carioca, qui consiste à bloquer le taureau pour lui interdire toute possibilité de se dégager, de façon à prolonger le « châtiment », et donc à aggraver ses blessures. Comme le barrenado, la carioca est expressément interdite par le règlement de l’UVTF et le règlement national espagnol ;
le planter de la pique très en arrière du morillo : il est rare aujourd’hui que le picador applique sa pique à l’endroit prévu : la plupart du temps, la pique pénètre non pas la partie musclée et peu innervé prévue par les canons taurins, mais des parties du corps situées bien en arrière, risquant alors de causer une blessure irrémédiablement invalidante. Cet « oubli » du fait que la pique doit être appliquée dans le morillo donne lieu à la désapprobation d’autant plus nette des aficionados que l’un des buts du tercio de pique est alors manqué, qui est de faire baisser la tête du taureau. Or cela ne peut être obtenu qu’en endommageant les muscles qui contrôlent les mouvements du cou, situés justement dans le morillo, comme le demande d’ailleurs le règlement taurin français ; cependant, l’article correspondant du règlement national espagnol, lui, ne précise plus que le taureau doive obligatoirement être piqué dans le morillo… » pour en savoir plus sur la corrida lire l’article ici :http://fr.wikipedia.org/wiki/Opposition_%C3%A0_la_corrida

Depuis le temps que je patiente
Dans cette chambre noire
J’entends qu’on s’amuse et qu’on chante
Au bout du couloir ;
Quelqu’un a touché le verrou
Et j’ai plongé vers le grand jour
J’ai vu les fanfares, les barrières
Et les gens autour

Dans les premiers moments j’ai cru
Qu’il fallait seulement se défendre
Mais cette place est sans issue
Je commence à comprendre
Ils ont refermé derrière moi
Ils ont eu peur que je recule
Je vais bien finir par l’avoir
Cette danseuse ridicule…

Est-ce que ce monde est sérieux ?
Andalousie je me souviens
Les prairies bordées de cactus
Je ne vais pas trembler devant
Ce pantin, ce minus !
Je vais l’attraper, lui et son chapeau
Les faire tourner comme un soleil
Ce soir la femme du torero
Dormira sur ses deux oreilles

Est-ce que ce monde est sérieux ?

J’en ai poursuivi des fantômes
Presque touché leurs ballerines
Ils ont frappé fort dans mon cou
Pour que je m’incline

Ils sortent d’où ces acrobates
Avec leurs costumes de papier ?
J’ai jamais appris à me battre
Contre des poupées

Sentir le sable sous ma tête
C’est fou comme ça peut faire du bien
J’ai prié pour que tout s’arrête
Andalousie je me souviens

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je pensais pas qu’on puisse autant
S’amuser autour d’une tombe

Est-ce que ce monde est sérieux ? x2

Si, si hombre, hombre
Baila, baila
Hay que bailar de nuevo
Y mataremos otros
Otras vidas, otros toros
Y mataremos otros
Venga, venga a bailar…
Y mataremos otros

« La corrida, ni un art, ni une culture ; mais la torture d’une victime désignée ».Émile Zola, écrivain.
« Les problèmes posés par les préjugés raciaux reflètent à l’échelle humaine un problème beaucoup plus vaste et dont la solution est encore plus urgente : celui des rapports de l’homme avec les autres espèces vivantes… Le respect que nous souhaitons obtenir de l’homme envers ses semblables n’est qu’un cas particulier du respect qu’il faudrait ressentir pour toutes les formes de vie… ».Claude Levi-Strauss, anthropologue.
 » « Torturer un taureau pour le plaisir, pour l’amusement, c’est beaucoup plus que torturer un animal, c’est torturer une conscience ».
Victor Hugo, écrivain.

Victor HUGO  » Sois la langue de feu, ma soeur, je suis l’apôtre… »

Posted in Divertissements, Hobbies, Livres, Santé et bien-être on 12 mai 2013 by Léon Roumagnac

Fais mon soleil devers moi retourner....

 » Allume l’astre ! emplis à jamais la prunelle !
 » Échauffe éthers, azurs, sphères, globes ardents ;
 » Éclaire le dehors, j’éclaire le dedans.
 » Tu vas être une vie, et je vais être l’autre.
 » Sois la langue de feu, ma soeur, je suis l’apôtre.
 » Surgis, effare l’ombre, éblouis l’horizon,
 » Sois l’aube ; je te vaux car je suis la raison ;
 » À toi les yeux, à moi les fronts. Ô ma soeur blonde,
 » Sous le réseau Clarté tu vas saisir le monde ;
 » Avec tes rayons d’or, tu vas lier entre eux
 » Les terres, les soleils, les fleurs, les flots vitreux,
 » Les champs, les cieux ; et moi, je vais lier les bouches ;
 » Et sur l’homme, emporté par mille essors farouches,
 » Tisser, avec des fils d’harmonie et de jour,
 » Pour prendre tous les coeurs, l’immense toile Amour.
 » J’existais avant l’âme, Adam n’est pas mon père.
 » J’étais même avant toi ; tu n’aurais pu, lumière,
 » Sortir sans moi du gouffre où tout rampe enchaîné ;
 » Mon nom est FIAT LUX, et suis ton ainé !  »
Victor HUGO, Jersey,1855.

De la craie et de la chaux….

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Santé et bien-être, Voyages on 12 mai 2013 by Léon Roumagnac

La craie est un calcaire à peu près pur, de couleur blanche, qu’on trouve, en France, sur le pourtour du bassin de la Seine ou bassin de Paris. C’est une pierre tendre, qu’on raye facilement avec l’ongle. Autrefois, la craie était employée dans la construction des maisons, surtout en Champagne, où elle est abondante ; mais on y a renoncé aujourd’hui, à cause de sa friabilité, c’est-à-dire de la facilité avec laquelle elle se réduit en poussière ou en petits fragments sous l’action de l’eau des pluies et de la gelée. Actuellement, la craie n’a plus d’autres usages que de servir à la préparation de la craie des écoles et à la fabrication de la chaux. Pour obtenir la chaux, on calcine la craie dans des fours à chaux, construits en maçonnerie. Ils sont pourvus à leur partie inférieure d’un foyer dans lequel on allume un feu de bois. La craie est disposée dans le four, par couches successives séparées par des couches de houille ou de coke, qui, en brûlant, dégagent une forte chaleur. Sous l’influence de celle-ci, les morceaux de craie sont décomposés : le gaz carbonique se dégage et la chaux reste. Quand la décomposition est complète, on laisse refroidir, et on extrait les fragments de chaux. En certains endroits, les fours sont à production continue ; on retire les chaux par une ouverture située au-dessus de la grille, et au fur et à mesure on ajoute de nouvelles quantité de craie et de charbon par l’ouverture supérieure. Il est dangereux de séjourner longtemps auprès des fours à chaux, à cause du gaz carbonique qui se dégage et qui pourrait produire l’asphyxie. La chaux qui sort des fours est la chaux vive. Elle est très avide d’eau ; quand on l’en arrose, elle fait entendre un bruit particulier et se transforme en chaux éteinte, en dégageant de la chaleur. Délayée dans l’eau, la chaux éteinte donne une bouillie claire appelée lait de chaux. Celui-ci, filtré, produit un liquide limpide et incolore, nommé eau de chaux, qui se trouble et devient blanc quand on souffle dedans à l’aide d’un tube de verre.On fabrique plusieurs variétés de chaux : les chaux grasses, les chaux maigres, les chaux hydrauliques. Les chaux grasses sont fournies par la craie pure ne renfermant presque pas de matières étrangères. Réduites en poudre, elles sont complètement blanches. Les chaux maigres sont grisâtres ; elles proviennent, non de la craie, mais de calcaires impurs, diversement colorés par de l’argile, du fer ou du sable.Les chaux hydrauliques sont fournies par des calcaires renfermant au moins 10% d’argile. Elles possèdent une propriété remarquable, celle de durcir sous l’eau. Aussi, les emploie-t-on pour les maçonneries immergées, comme les pilasses de pont, les jetées et les quais des ports…. »Leçons d’Enseignements Scientifiques – Ecoles Primaires,1880-1890.

Catherine DES ROCHES  » Bouche qui recelez tant de petits amours…. »

Posted in Divertissement, Hobbies, Livres, Musique, Santé et bien-être on 12 mai 2013 by Léon Roumagnac

Bouche dont la douceur m’enchante doucement…

Bouche dont la douceur m’enchante doucement
Par la douce faveur d’un honnête sourire,
Bouche qui soupirant un amoureux martyre
Apaisez la douleur de mon cruel tourment !

Bouche, de tous mes maux le seul allégement,
Bouche qui respirez un gracieux zéphyr(e) :
Qui les plus éloquents surpassez à bien dire
A l’heure qu’il vous plaît de parler doctement ;

Bouche pleine de lys, de perles et de roses,
Bouche qui retenez toutes grâces encloses,
Bouche qui recelez tant de petits amours,

Par vos perfections, ô bouche sans pareille,
Je me perds de douceur, de crainte et de merveille
Dans vos ris, vos soupirs et vos sages discours.
Catherine DES ROCHES,1542-1587.