Histoire : Le fameux Chêne d’ Henri IV à Merles dans le Tarn-et-Garonne….


3036873145_2_3_BIZwtJD1

« Le vendredi 10 juillet au matin, en 1579, Henri de Navarre, escorté de 44 cavaliers et accompagné de la Reine Margot, sa femme, et d’une suite de belles dames et de gentilshommes, s’arrêta à l’ombre du chêne qui porte son nom, à Merles. Il se rendait de Nérac à Montauban. La noble compagnie avait dévoré la veille, à Auvillar, 92 livres de boeuf, 138 livres de mouton, 58 livres de veau, 76 poulets, 1 chevreau, 1 paon, 2 levrauts, 2 lapins, 2 fressures de mouton, 1 fressure de veau, 1 quarteron d’oeufs, 33 livres de lard, 12 pièces de four et une grande quantité de fruiterie.
Comme le festin fut arrosé de deux barriques de vin clairet et d’une barrique de vin blanc, que le Navarrais raffolait de la cuisine au beurre, que le soleil estival dardait ses rayons démocratiques sur le noble cortège, l’auguste gosier chercha à apaiser une soif inextinguible. Il y avait à quelques toises du chêne vénérable une fontaine à l’eau fraîche et limpide. Le roi demanda à son valet Joachim d’aller quérir une coupe de ce rafraîchissant breuvage. Il s’arrêta ensuite au château de Lansac les Merles, qui avait été vendu par l’abbaye de Belleperche, en 1526, pour payer la rançon de François 1er. Il partit ensuite pour Lavilledieu, prochaine étape de son voyage. »

Le cortège était en route pour Lavilledieu, pour la prochaine étape avant Montauban…. Mais c’était un jour d’été et de très forte chaleur, et le soleil estival ne cessait de projeter ses dardants rayons sur le royal cortège…. Le festin de la veille, très certainement, faisait son effet, car il paraît d’après l’histoire que le Navarrais n’était pas au mieux de sa forme !…. Une halte s’imposait et c’est à Merle, petit village situé entre les communes d’Auvillar et de St Nicolas-de-la-Grave, que notre bon roi Henri et sa suite prirent un peu de repos…. Il y avait là, sous un robuste chêne, une source bien claire et bien fraîche dont personne du cortège ne connaissait l’existence…. Henri IV fut donc le premier à s’y désaltérer…. En soirée, Lavilledieu fut enfin en vue, il faisait toujours aussi chaud et l’homme à la célèbre  » poule au pot  » était toujours d’aussi bon appétit…. Il avait retrouvé toutes ses ardeurs….car pour le souper, a lui seul, il engloutit « une poulette, un lapereau et trois perdreaux qui furent mijotées dans 13 livres de beurre  » ….

« Henri IV naît dans la nuit du 12 au 13 décembre 1553 à Pau, alors capitale de la vicomté souveraine de Béarn (située aujourd’hui dans la région Aquitaine), dans le château de son grand-père maternel le roi de Navarre. Henri d’Albret désirait depuis longtemps que sa fille unique lui donnât un héritier mâle. Selon la tradition rapportée par les chroniqueurs (Jean-Baptiste Legrain8, André Favyn9), Henri, aussitôt né, est donc remis entre les mains de son grand-père qui l’emmène dans sa chambre, lui frotte les lèvres avec une gousse d’ail et lui fait respirer une coupe de vin, sans doute de Jurançon, où le roi de Navarre possédait une vigne achetée en 1553. Ce « baptême béarnais » est une pratique courante avec les nouveau-nés, dans le but de prévenir les maladies. Henri d’Albret lui offre une carapace de tortue, qu’on montre encore dans une pièce du château de Pau qu’une tradition incertaine donne pour être la « chambre d’Henri IV » qui faisait partie de l’appartement de Jeanne d’Albret. Suivant l’usage de la couronne de Navarre, il reçoit en tant que fils aîné le titre de prince de Viane.
Le futur Henri IV est baptisé dans la religion catholique quelques semaines après sa naissance, le 6 mars 1554, dans la chapelle du château de Pau, par le cardinal d’Armagnac. Ses parrains sont le roi de France Henri II et Henri II de Navarre (d’où le choix du prénom Henri Page d’aide sur l’homonymie), ses marraines sont la reine de France Catherine de Médicis16 et Isabeau d’Albret, sa tante, veuve du comte de Rohan. Pendant la cérémonie, le roi de France Henri II est représenté par le cardinal de Vendôme, frère d’Antoine de Bourbon…. » pour lire la suite de l’article :http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_IV_de_France

CLOUET MARGUERITE DE VALOIS

« Marguerite de France ou Marguerite de Valois, est une princesse française de la branche dite de Valois-Angoulême de la dynastie capétienne, née le 14 mai 1553 et morte le 27 mars 1615.
Par son mariage avec le roi Henri III de Navarre (futur roi de France Henri IV), elle devint reine de Navarre et reine de France lors de l’accession au trône de son mari dont elle fut démariée en 1599. Elle était la fille du roi Henri II et la sœur des rois François II, Charles IX et Henri III.
Son mariage qui devait célébrer la réconciliation des catholiques et des protestants fut terni par le massacre de la Saint-Barthélemy et la reprise des troubles religieux qui s’ensuivirent.
Dans le conflit qui opposa le roi Henri III aux Malcontents, elle prit parti pour François d’Alençon son frère cadet. Sa participation aux complots de la cour lui valut l’aversion profonde du roi qui l’assigna longtemps à résidence à la cour.
En tant qu’épouse du roi de Navarre, elle joua également un rôle pacificateur dans les relations orageuses entre son mari et la monarchie. Ballotée entre les deux cours, elle s’efforça de mener une vie conjugale heureuse mais la stérilité de son couple et les tensions politiques propres aux guerres de religion eurent raison de son mariage. Malmenée par un frère ombrageux, rejetée par un mari léger et opportuniste, elle choisit en 1585 la voie de l’opposition. Elle prit le parti de la Ligue et fut contrainte de vivre en Auvergne dans un exil qui dura vingt ans.
Femme de lettres reconnue, esprit éclairé, mécène extrêmement généreuse, elle joua un rôle considérable dans la vie culturelle de la cour, en particulier après son retour d’exil en 1605. Elle fut un vecteur de la pensée néoplatonicienne qui prône notamment la suprématie de l’amour platonique sur l’amour physique.
Au XIXe siècle, sa vie a donné naissance au mythe de la Reine Margot, d’après le surnom que lui a donné Alexandre Dumas dans son roman…. » Source Wikipédia

Publicités

Une Réponse to “Histoire : Le fameux Chêne d’ Henri IV à Merles dans le Tarn-et-Garonne….”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :