Jean de LA GESSEE  » Ainsi vostre Beauté qui me tient en servage…. »


Grasinde, vous semblez à la vigne sauvage

Grasinde, vous semblez à la vigne sauvage
Qui naist pres d’un halier, ou sur un mont desert :
Là son pampre, et son cep, rien du tout ne luy sert,
Et si nul Vigneron n’en tire du breuvage.

Ainsi vostre Beauté qui me tient en servage,
Sa fleur, son fruit, son tige, et sa racine perd :
N’employant a propos un manouvrier expert,
Qui sa racine, tige, et fruit, et fleur mesnage.

Je plaingz (mon cher Soucy) vostre age plus exquis,
Qui semblable aus feuillardz d’un arbre si requis,
Quand on l’agence en treille un frais ombrage pousse.

Ha ! que ne m’estes-vous un appuy gracieus ?
A l’ombre de vos bras (ombre amyable, et douce !)
Vous ayseriez celluy qui le merite miens.
Jean de LA GESSEE,1551-1596

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :